•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police d’Ottawa monte une unité d’enquête pour les meurtres non résolus

Affiche à l'entrée du poste de police.

Le Service de police d'Ottawa a mis sur pied une unité spéciale pour enquêter sur les homicides non résolus.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

Le Service de police d’Ottawa (SPO) met sur pied une unité spéciale pour enquêter sur les meurtres non résolus au cours de la dernière décennie.

Le SPO a annoncé la création de cette nouvelle équipe d’enquêteurs, lundi, alors que les fusillades et les crimes violents ont souvent fait les manchettes au cours des dernières années à Ottawa.

Les enquêteurs tenteront de faire la lumière sur les homicides non résolus qui sont survenus depuis 2009 dans la capitale fédérale.

Il y a actuellement 22 de ces dossiers pour meurtre toujours ouverts à Ottawa.

Meurtre par fusillade pour la plupart

Le SPO n’a pas indiqué combien de ces 22 cas de meurtre non résolus seront réexaminés, mais le service de police dit avoir brossé un portrait type de ces victimes.

Dans la majorité des cas, il s’agit de jeunes hommes issus de milieux défavorisés qui ont été ciblés et assassinés lors d’une fusillade.

Un homme accorde une entrevue via visioconférence.

Carl Cartright est inspecteur au sein du Service de police d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Un grand nombre de nos enquêtes nous dirigent vers un groupe d'individus qui sont très jeunes, qui sont en train de mourir dans les rues, à cause des armes à feu, explique Carl Cartright, inspecteur au sein du SPO.

L’Unité des homicides, auparavant la Section des crimes majeurs, dirigera cette initiative et disposera de nouvelles ressources et de nouvelles techniques d'enquête.

Soutenir les familles des victimes

L’objectif du Service de police d’Ottawa est de fournir des réponses aux familles des victimes qui sont toujours dans le mystère.

Nous savons très bien qu’on peut résoudre ces crimes et donner aux familles des victimes un peu de soulagement en leur disant que ceux qui ont pris la vie de leur être aimé seront mis en prison, a commenté l’inspecteur Carl Cartright.

Au cours des 65 dernières années à Ottawa, le SPO compte 56 homicides non résolus.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.