•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’économie du nord-ouest du N.-B. sérieusement perturbée par le confinement

Le centre-ville d'Edmundston est presque vide, le 12 avril 2021, alors que la région est en confinement en raison d'une hausse de cas de COVID-19.

Le centre-ville d'Edmundston est presque vide, la région étant en confinement en raison d'une hausse des cas de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

Alors que les résidents du nord-ouest du Nouveau-Brunswick sont en isolement depuis dimanche, les secteurs essentiels poursuivent leurs activités. Des employeurs de la région doivent toutefois composer avec une main-d’œuvre réduite, et un essoufflement général est constaté par plusieurs.

Le secteur industriel, considéré comme un service essentiel, poursuit ses activités malgré le confinement total de la région.

Chez Enseignes Pattison, un cas de COVID-19 a été détecté la semaine dernière. De surcroît, une dizaine d’employés ne veulent plus retourner sur leur lieu de travail, de crainte de contracter le virus.

On trouve toujours des façons de fonctionner, mais cela ne nous rend pas la tâche des plus faciles, précise le directeur des opérations Christian Duguay, qui indique toutefois comprendre et respecter leurs décisions.

Dans le cas du Groupe EMS, cinq des vingt employés ont dû s’absenter lorsque les écoles de la région fermaient tour à tour en raison de la COVID-19.

Le directeur général, Alain Lacombe, confirme que les prévisions de croissance de l’entreprise sont revues à la baisse.

Coup dur pour les petites entreprises

Si le secteur industriel s’en sort relativement bien, ce n’est pas le cas des petites et moyennes entreprises.

La directrice générale de la Chambre de commerce de la région d’Edmundston, Cathy Pelletier, dénote un essoufflement général au niveau des PME.

Plusieurs de celles-ci sont forcées encore une fois de fermer leur porte en raison du nouveau confinement de la région.

Cathy Pelletier, directrice générale de la Chambre de commerce de la région d'Edmundston.

Cathy Pelletier, directrice générale de la Chambre de commerce de la région d'Edmundston, le 12 avril 2021, par vidéoconférence.

Photo : Radio-Canada

C’est une situation répétitive qui devient lourde pour plusieurs entrepreneurs de la région.

Il y en a, pour l’immédiat, qui préfèrent prendre une pause, souligne Cathy Pelletier. Ce n’est pas évident à vivre.

Le secteur se mobilise

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement provincial a offert des formules d’aide indirecte aux entreprises, comme un congé de taxe foncière pour la prochaine année, ou encore des subventions de la part d’Opportunités NB.

La Chambre de commerce d’Edmundston, la Ville d’Edmundston et l’Office du tourisme d’Edmundston Madawaska unissent maintenant leurs voix pour lancer un dialogue avec le gouvernement pour mieux identifier ce dont les entreprises ont besoin en matière d’aide.

Paysage d'Edmundston en avril.

Edmundston, au Nouveau-Brunswick, le 10 avril 2021.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Ils demandent un soutien financier, certes, mais pas seulement sous la forme d’une aide directe : toute forme d’appui est bienvenue, pourvu que ce soit efficace.

Les services d’un cabinet d’experts-conseils ont également été retenus pour faire avancer leurs intérêts auprès de Fredericton et Ottawa.

On veut apporter des suggestions, et on veut avoir une communication avec eux. Ça urge vraiment que le gouvernement fasse quelque chose, et de la bonne façon, déclare Cathy Pelletier.

La Chambre de commerce d’Edmundston propose également d’accélérer la vaccination et d’assouplir les contrôles frontaliers pour favoriser les PME de la région.

D'après le reportage de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !