•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nouvelles du navire Apollo et de son avenir

La coque du navire Apollo.

René Renault travaille toujours à trouver une solution pour démanteler le navire (archives).

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis_Rad

L’ancien navire de la Société des traversiers du Québec est toujours ancré au port de Québec en attente d’une solution pour son démantèlement.

Des pourparlers sont en cours, indique le propriétaire du bateau, René Renault. L’homme d’affaires se dit ralenti par les contraintes liées à la pandémie, mais assure que l’Apollo devrait avoir quitté les installations du port de Québec à l’automne.

Le ferrailleur ajoute que, selon toute vraisemblance, le démantèlement du navire ne sera pas effectué au Canada.

M. Renault souligne que ce n’est plus l’entreprise Dalhousie Marine Recyclers NB qui est responsable du démantèlement du navire. Le travail a été confié à une autre entreprise, Travmer, dont M. Renault est aussi président, selon le Registraire des entreprises du Québec.

De la STQ à René Renault

Le projet de départ de M. Renault était de remorquer l’Apollo au port de Dalhousie, au Nouveau-Brunswick, pour le démanteler. Le maire de Dalhousie s’y est opposé avec succès.

Sans moteur, le navire a été remorqué des installations du groupe Océans à celles du port de Québec où il a passé l'hiver.

La Société des traversiers du Québec (STQ) avait acheté l'Apollo de Labrador Marine, une entreprise de Terre-Neuve, en janvier 2019 afin de remplacer temporairement le traversier F.-A.-Gauthier qui était alors à l’arrêt pour des problèmes de propulsion.

Payé 2,1 millions de dollars, l'achat de l'Apollo aura été un fiasco. Avec les réparations, le montant total déboursé pour l'Apollo par la STQ a atteint 3,5 millions de dollars pour moins de 20 jours de service.

Il a ensuite été cédé à la Société Apollo de Godbout en vue d'être transformé en récif artificiel pour les plongeurs. Les deux millions versés par la Société des traversiers du Québec (STQ) au moment du transfert de propriété se sont avérés insuffisants pour financer l’opération.

Faute de financement suffisant pour réaliser son projet, la Société Apollo de Godbout a vendu le bateau à René Renault pour la somme symbolique de 1 $ avec la balance non utilisée de l'argent versé par la STQ pour payer le remorquage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !