•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un automobiliste affirme être l'objet de discrimination de la part de l'ICBC

Dion Drakes.

Dion Drakes veut briser le silence en dénonçant la discrimination dont il estime avoir été victime de la part de la compagnie d'assurance automobile ICBC.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson (CBC)

Radio-Canada

Un résident de la Colombie-Britannique affirme qu'il a fait l'objet de discrimination lorsqu’il a voulu renouveler son permis de conduire auprès de la Société d’assurance automobile de la Colombie-Britannique (ICBC) qui a mené une longue enquête pour déterminer s’il habitait dans la province.

Dion Drakes, un consultant en marketing et en finances âgé de 44 ans, est originaire de la Grenade. C' est un résident permanent qui vit depuis 39 ans au Canada et depuis 20 ans en Colombie-Britannique.

Son adresse n’a pas changé en 11 ans.

M. Drakes s’est rendu au bureau de l'ICBC, au centre-ville de Vancouver, pour renouveler son permis le 15 octobre, muni de son passeport et de sa carte de résident permanent comme pièces d'identité.

Selon l'ICBC, une remarque de Drakes au cours de cette visite a déclenché l'enquête : Je suis un résident canadien, mais je ne vis pas nécessairement ici, ou quelque chose de semblable. La société d'État affirme qu'elle a alors soupçonné Dion Drakes de ne pas habiter en Colombie-Britannique et, donc, de ne pas être admissible au permis provincial.

Cependant, le consultant en marketing nie qu'il a tenu de tels propos et croit plutôt avoir été victime de discrimination. Est-ce, parce que je suis un Noir à Vancouver et qu'il n'y a pas beaucoup de Noirs ici, je ne suis pas censé vivre ici, a-t-il demandé.

Une enquête passée sous silence

Un employé lui a remis un permis temporaire de 60 jours en ajoutant qu’une nouvelle carte lui parviendrait dans les quatre à six semaines suivantes. Sans le lui mentionner, l’employé a sollicité une enquête concernant le lieu de résidence de M. Drakes.

L'ICBC admet que Dion Drakes aurait dû en être informé immédiatement. C'était une erreur de notre part, a écrit un porte-parole de l'ICBC dans un courriel adressé à CBC. Nous avons expliqué cela à M. Drakes et nous nous sommes excusés.

Ce n’est qu'à la fin du mois de décembre que Dion Drakes a obtenu une lettre de l'ICBC mentionnant l’enquête, car le courriel lui demandait de prouver sa résidence en Colombie-Britannique. Son permis temporaire avait alors expiré.

Il s’en est suivi plusieurs échanges avec un enquêteur. Puis, le 18 janvier, le résident du quartier West End à Vancouver a été invité à aller chercher son permis temporaire. Ce n’est que le 4 février, presque quatre mois après la visite initiale que son permis renouvelé lui a été délivré.

M. Drakes affirme n’avoir jamais reçu d'explication adéquate par rapport à l'enquête. La Société d'assurance automobile nie ce fait et dit que c’était son commentaire qui avait déclenché la procédure. Aujourd’hui, M. Drakes exige des excuses dans l’éventualité où il aurait été victime de discrimination.

Il faut faire quelque chose pour que cela ne se reproduise plus.

Une citation de :Dion Drakes

La société d'État a déclaré que les enquêtes sur la résidence ont lieu lorsque le personnel pense qu'un client n'est peut-être pas un résident ordinaire de la Colombie-Britannique, surtout si un client laisse entendre qu’il n'a pas l'intention d'habiter dans la province.

Le devant d'un immeuble.

Le bureau de l'ICBC incriminé par Dion Drakes se trouve dans le Royal Centre, au centre-ville de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson (CBC)

Cette inquiétude peut provenir de beaucoup de choses, notamment de déclarations faites par le client, a écrit un porte-parole. Il est de la responsabilité du client de prouver qu'il habite dans la province en fournissant par exemple un contrat de location, d'emploi ou des relevés bancaires.

L'ICBC ne peut cependant pas dire le nombre d'enquêtes de ce genre qu’elle a menées. La compagnie ne dispose pas non plus de données sur l'appartenance ethnique des personnes faisant l'objet d'une enquête en vue de leur résidence. L'ICBC prend les allégations de discrimination très au sérieux, dit toutefois son porte-parole.

Nous nous engageons à favoriser un milieu de travail respectueux et inclusif où chacun, notamment tous les clients, est traité avec dignité et respect.

Une citation de :ICBC

Une militante antiraciste, Manjot Bains, se demande pourquoi un simple renouvellement est devenu un problème pour un Noir en particulier et soupçonne qu'il s'agit d'une preuve de racisme systémique.

C'est une vie de ce que nous appelons des microagressions, estime-t-elle. Si quelqu'un dit qu'il a vécu cette situation, pourquoi ne pas faire confiance à son intuition et accepter que sa perception est valide?

Ce n’est pas la première fois que Dion Drakes vit de la discrimination. Je suis plus âgé maintenant et j'ai ma voix. Je ne vais pas laisser passer ce genre de chose. C'est tout à fait inacceptable.

Avec les informations de Liam Britten

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !