•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bogue informatique pour les inscriptions en camps de jour : un casse-tête pour les parents

Une monitrice dehors avec des enfants.

Les inscriptions dans les camps de jour débutaient lundi matin à Québec.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Kassandra Nadeau-Lamarche

La course au camp de jour à Québec a été ardue lundi matin. La lenteur du système a causé bien des frustrations chez des parents tandis que plusieurs camps affichent déjà complet pour l’été.

Lundi matin était marqué au fer rouge dans plusieurs agendas de parents de Québec. C’est à cette date que s’ouvraient les inscriptions pour les camps de jour du programme Vacances-Été de la Ville de Québec, qui se tiennent du 28 juin au 20 août.

Mais bon nombre de parents sont finalement sortis bredouilles de leur expérience.

Guillaume Turcotte, un résident de La-Cité-Limoilou, n’en est pas à sa première année au camp du Domaine de Maizeret. Il l’a lui-même fréquenté enfant, et sa fille de 9 ans y est allé à quelques reprises.

Mais après plusieurs essais lundi matin, et un système extrêmement lent, il n’a jamais été en mesure de terminer l’inscription. Je n’ai pas réussi à progresser dans le système et on a appris par la suite qu’en une trentaine de minutes tout était déjà réservé.

Mais ce n’est pas qu’au Domaine de Maizeret où les parents ont eu des difficultés.

Caroline Décoste en était quant à elle à sa première expérience d’inscription au camp de jour pour sa petite fille qui aura bientôt 6 ans. Elle s’est donc branchée à l’avance afin d’être prête pour inscrire son enfant au Patro Roc-Amadour. Mais dès son entrée sur le site, les ennuis ont commencé.

Le site plantait constamment et j’avais des messages d’erreur à toutes les pages, affirme-t-elle.

Ce n’est qu’au terme d’une heure qu’elle a finalement pu confirmer l’inscription de sa fille au Patro Roc-Amadour.

Des monitrices devant un groupe de jeune dans un camp de jour.

Plus de 14 000 places sont disponibles dans les camps de jour de Québec cet été.

Photo : Radio-Canada

Report

Plusieurs directions de camps, voyant les difficultés techniques, ont décidé de reporter le début des inscriptions.

C’est le cas au camp de jour du Patro Roc-Amadour, qui a reporté les inscriptions à mardi. Le directeur de la programmation Martin Dumas explique que le Patro a préféré procéder ainsi pour être plus équitable envers les parents. Seulement une poignée de parents, dont fait partie Caroline Décoste, ont pu finaliser leur inscription pour l'instant.

Plateforme problématique

Les 27 organismes partenaires du programme Vacances-Été de la ville de Québec sont tous responsables de gérer leur propre système de réservation. Ils font donc pour la plupart affaire avec des entreprises qui fournissent leur logiciel.

Autant au patro Roc-Amadour qu’au Domaine de Maizeret, on utilise le système Sport-Plus pour les inscriptions. Le directeur général de la Société du domaine Maizerets, Alain O’Neil explique que c’est ce système qui a fait défaut.

Le président de l’entreprise Logiciels Sport-Plus Robert Martin a confirmé par courriel que c’était un problème de configuration dû à un changement de serveur qui avait causé le bogue. Il ajoute que le tout a été réglé en après-midi et que près de 6 000 enfants devraient avoir été inscrits d’ici la fin de la journée.

Camps complets

La Société du Domaine de Maizeret a décidé de ne pas reporter les inscriptions comme d’autres l’ont fait puisque des parents arrivaient tout de même à s’inscrire. Au bout d’un peu plus de 30 minutes, les 140 places disponibles étaient toutes réservées et une liste d’attente a été créée. Alain O’Neil explique que les mesures sanitaires forcent le camp à réduire sa capacité de plus de moitié.

La Ville de Québec indique que 19 camps se trouvant sur le territoire de la ville affichent déjà complet, mais qu’il reste toujours des places dans les 45 autres camps de jour. Il y a des places disponibles dans tous les arrondissements.

Malgré les mesures sanitaires en place, 14 723 places sont offertes dans les camps de jour, soit plus de 4 000 de plus que l'été dernier. En 2019, il y en avait 16 500.

Nombreuses déceptions

Toute la journée, de nombreux parents ont partagé sur les médias sociaux leur déception quant au système de réservation des camps. Ils estiment que le bogue informatique a créé un désavantage pour plusieurs parents. Les personnes qui travaillaient ce matin, elles faisaient quoi, elles, pour se connecter? Elles ne pouvaient pas prendre une heure de break pour aller sur le site, se désole Caroline Décoste.

Les parents estiment que d’autres solutions devraient être envisagées pour rendre l’inscription plus facile et rapide.

J’ai bien l’impression qu’ils n’ont pas les serveurs nécessaires pour accueillir un aussi gros achalandage, constate Guillaume Turcotte.

Caroline Décoste suggère d’ailleurs que différentes plages horaires soient organisées selon les différents âges afin que tous les parents ne se trouvent pas sur les plateformes de réservation en même temps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !