•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection de la faune : des inquiétudes pour le bureau de Roberval

Un bureau gouvernemental avec une affiche devant.

Il n'y aurait plus qu'un agent de la faune au bureau de Roberval.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

Des voix s'élèvent pour s'inquiéter du sort du bureau local de Roberval de la Direction de la protection de la faune du Saguenay–Lac-Saint-Jean, alors qu'il n'y a plus qu'un agent sur place.

Selon le Syndicat des agents de protection de la faune du Québec (SAPFQ), il devrait en contenir entre six et huit.

Sur les 30 postes permanents à temps complet offerts dernièrement un peu partout en province, seulement un poste a été ouvert au Lac-Saint-Jean.

Le maire de Roberval, Sabin Côté, et le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, se questionnent aussi sur la volonté du gouvernement de conserver cette installation. Ils craignent qu'on se dirige vers une fermeture déguisée du bureau, tout comme le président du SAPFQ, Martin Perreault.

Je sais qu'il y a un contexte qui est difficile, mais en même temps, tu as déjà tes effectifs. Tu as eu tes postes. Tu as déjà ton monde sur le terrain. Prends en un, deux trois à gauche, à droite et fais un bureau de quatre pour l'instant. Je comprends que de six à huit c'est impossible, on n'a pas de nouveaux formés. C'est normal, mais fais quelque chose, a déploré Martin Perreault.

D'ailleurs, il avait récemment dénoncé le fait qu'aucun nouvel agent de la faune n'a été formé depuis deux ans au Québec, malgré la construction d'un centre de formation tout neuf à Duchesnay, non loin de Québec, en 2018. En dix ans, le nombre d'agents est passé de 420 à 331.

Critiques politiques

Le maire de Roberval a fait des démarches auprès de la députée de sa circonscription, la caquiste Nancy Guillemette, pour avoir des réponses.

Est ce qu'il y a une volonté de bien faire et de nous revenir avec l'information juste et adéquate? Oui. Comme à l'accoutumé. On a une bonne collaboration. Maintenant, est-ce que les réponses seront satisfaisantes? C'est ce que l'on verra par la suite, s'est demandé Sabin Côté.

De son côté, le député péquiste dans Jonquière estime qu'il s'agit d'une preuve que Québec peine à respecter ses promesses d'amener des fonctionnaires en région. Il décoche également une pointe au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour.

La région de l'Abitibi aurait beaucoup de nouvelles affectations, puis il s'adonne que c'est la région du ministre, alors on se pose des questions. Je comprends qu'il y a beaucoup d'enjeux fauniques du côté de l'Abitibi, c'est comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais il y a des déséquilibres. L'autre élément que je ne comprends pas, souvenez-vous de la grande promesse du premier ministre les deux bras dans les airs durant la campagne électorale pour décentraliser 5000 fonctionnaires. Ce dont on s'aperçoit, c'est que c'est le contraire qui se passe, a illustré Sylvain Gaudreault.

D'après un reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !