•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hospitalisations : une médecin de l’Unité COVID-19 sonne l’alarme

Une affiche sur la porte battante d'un hôpital annonçant Unité COVID-19.

Écoutez l'entrevue de Mathieu Nadon avec la Dre Guylaine Proulx.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Avec la hausse récente et sans précédent des nouveaux cas de COVID-19 en Outaouais, le milieu hospitalier se prépare à un mois d’avril difficile.

Alors que le beau temps s’installe tranquillement dans la région et que parcs et pistes cyclables attirent les groupes, la Dre Guylaine Proulx, omnipraticienne et médecin à l'Unité COVID de l'Hôpital de Hull, lance un appel à la plus grande prudence.

Mon Dieu que ça fait peur! Les gens, malheureusement, semblent croire qu’ils sont à l'abri. C’est très tentant. Il fait beau, on veut aller dehors, mais ce n’est pas le bon temps. Il ne faut vraiment pas relâcher. Ce virus-là est encore présent, plus que jamais. Il est plus agressif, plus contagieux [...] Restez chez vous, c’est la seule solution en ce moment, a-t-elle averti, lundi, en entrevue.

Hausse anticipée des hospitalisations

Lundi, 290 nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés au bilan de la région. Avec le virus qui a muté et qui est devenu plus agressif, la santé publique s’accroche et se prépare à une hausse marquée des hospitalisations.

Une femme accorde une entrevue.

Dre Guylaine Proulx, omnipraticienne et médecin à l'Unité COVID de l'Hôpital de Hull

Photo : Radio-Canada

Le nombre de nouveaux cas va se refléter en hospitalisations, généralement 10 à 14 jours plus tard. Donc on se prépare. On sait qu’on va avoir besoin de plus de lits, plus de personnel, plus de renfort encore, parce qu’actuellement nos trois unités qui sont ouvertes sont déjà à pleine capacité ou presque, anticipe la Dre Proulx.

Ça va être un dur mois d’avril, ça, c’est clair.

Une citation de :Dre Guylaine Proulx, omnipraticienne et médecin à l'Unité COVID de l'Hôpital de Hull

Lundi, 50 personnes étaient hospitalisées, dont trois placées aux soins intensifs. Dre Proulx indique que le séjour moyen actuellement pour une personne atteinte de la COVID-19 est d’environ deux semaines au minimum.

Une chambre d'hôpital.

Une chambre vide du 6e ouest de l'Hôpital de Hull

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

De se ramasser pendant deux semaines chez nous, il n’y a personne qui veut ça. Il y en a qui ont des syndromes COVID longs qui restent avec des symptômes pendant plusieurs semaines. Il y en a pour qui ça a été des mois. La fatigue, le manque d’énergie, les symptômes respiratoires restent, met en garde la médecin.

Des patients de plus en plus jeunes

En poste depuis maintenant un an à l’Unité COVID en Outaouais, Guylaine Proulx a constaté que le profil des patients a complètement changé. Celle-ci remarque une augmentation des jeunes patients, ce qu’elle attribue aux variants du virus et à la vaccination d’une grande partie de la population plus âgée.

On voit énormément de jeunes patients. C’est épeurant. Ce sont des gens de mon âge maintenant qui sont aux étages, qui sont très malades, autant au niveau respiratoire qu’au niveau de l’atteinte de l’état général. [...] J’en ai dans la vingtaine qui sont rentrés aujourd’hui. Ce ne sont pas des gens malades au départ, ce ne sont pas des gens qui ont des problèmes de santé de base, dit-elle.

Les mesures sont nécessaires, dit Dre Proulx

Souvent décriées par le milieu des affaires, Dre Guylaine Proulx, de par sa position, appuie les mesures restrictives mises en place pour contrôler la propagation de la COVID-19.

C’est le temps de continuer à renforcer les mesures sanitaires. Oui, d’avoir fermé les écoles à Gatineau, c’était absolument nécessaire. Pour les commerces, c’est très difficile, j’en conviens. Mais on n'a pas le choix en ce moment. Le système de santé ne peut pas, malheureusement, en prendre plus, estime la médecin de l'Unité COVID de l'Hôpital de Hull.

Avec les informations de Mathieu Nadon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !