•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AstraZeneca : les vaccinations sans rendez-vous commencent mardi en Alberta

Une personne reçoit le vaccin d'AstraZeneca qui lui est administré par un travailleur de la santé.

L'Alberta dit être en voie d'administrer 300 000 doses de vaccin contre la COVID-19 par semaine.

Photo : Radio-Canada / Rémi Authier

La livraison de vaccins contre la COVID-19 s'accélère « enfin » en Alberta, selon le premier ministre, Jason Kenney. Afin de les distribuer plus vite, les Albertains de 55 à 64 ans pourront recevoir le vaccin AstraZeneca-Oxford sans rendez-vous à Edmonton et à Calgary dès mardi.

L’Alberta a reçu 500 000 doses de vaccin ces dernières semaines et elle devrait en recevoir quelque 250 000 de plus la semaine prochaine.

Selon Jason Kenney, la province est en voie de pouvoir administrer 300 000 doses par semaine. Mais tout cela va dépendre du nombre de personnes qui vont vouloir se faire vacciner, ajoute-t-il.

Depuis le 6 avril, le vaccin AstraZeneca est offert sur rendez-vous aux personnes de 55 à 64 ans qui n'ont pas de problèmes de santé chronique.

Le gouvernement a annoncé lundi qu’un petit nombre de pharmacies d’Edmonton et de Calgary avaient aussi commencé à l’offrir sans rendez-vous.

Plusieurs pharmacies commenceront officiellement à le faire mardi. Une liste complète sera offerte sur le site Internet de la Croix-Bleue.

Par ailleurs, Jason Kenney souligne que les nouvelles cliniques de vaccination à haut débit d’Edmonton et de Calgary peuvent administrer jusqu’à 6000 doses par jour chacune.

S’il n’y a pas de nouveaux retards dans les livraisons de vaccin, il prévoit que tous les adultes albertains qui le souhaitent pourront recevoir une première dose avant la fin du mois de juin.

Le vaccin AstraZeneca, moins populaire

En date du 7 avril, l’Alberta avait reçu près de 244 000 doses du vaccin AstraZeneca et de son équivalent indien, COVISHIELD. C’est environ 20 % de sa réserve de vaccins.

Un sondage en ligne de l’Institut Angus Reid indique toutefois que les Canadiens interrogés hésitent davantage à recevoir ce vaccin que celui de Pfizer-BioNTech ou de Moderna.

Parmi les répondants qui souhaitent se faire vacciner, mais qui ne le sont pas encore, 41 % n'hésiteraient pas à recevoir une dose d’AstraZeneca.

Méthodologie :

Le sondage de l’Institut Angus Reid a été effectué en ligne du 5 au 8 avril, auprès de 157 adultes canadiens membres du forum d’Angus Reid. Comme il ne s’agit pas d’un sondage probabiliste, il n’y a pas de marge d’erreur.

Depuis le début de l'année, des cas de caillots sanguins, dont certains ont été mortels, après l’administration du vaccin d’AstraZeneca ont mené certains pays à en suspendre l'utilisation.

L’Agence européenne du médicament a conclu qu’il s’agissait d’effets secondaires extrêmement rares, surtout chez les plus de 55 ans. C’est également ce qu’a conclu Santé Canada.

Jason Kenney dit que la faible popularité du vaccin auprès des Canadiens l’inquiète. Il rappelle que, malgré les centaines de milliers de doses administrées au pays, il n'y a pas eu de cas de caillot sanguin déclaré ici.

Le risque de ne pas être vacciné et d’avoir la COVID-19 est pire que le risque de caillots sanguins pour les gens de moins de 55 ans, dit-il, ajoutant qu'il vaut mieux se faire vacciner le plus tôt possible.

D'autres provinces, comme le Québec, ont également commencé à donner des doses du vaccin d'AstraZeneca sans rendez-vous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !