•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une œuvre par jour, l'art-thérapie en microdoses

Une artiste canadienne réalise une œuvre par jour afin de prendre soin de sa santé mentale.

Montage avec six oeuvres réalisées par Marsha Schuld.

Marsha Schuld a réalisé une oeuvre par jour pendant 365 jours, en utilisant notamment des pastels, de la peinture et des crayons.

Photo : fournie par Marsha Schuld

Joseph Elfassi

Depuis le début de la pandémie, les dessins quotidiens de l'artiste saskatchewanaise Marsha Schuld contribuent à son bien-être et à celui d'une communauté virtuelle grandissante.

Une oeuvre de l'artiste avec de la neige.

L'une de ses oeuvres.

Photo : fournie par Marsha Schuld

Mardi, Marsha Schuld a publié son 365e dessin quotidien, dans le cadre d’une série entreprise au début de la pandémie afin de soulager ses angoisses liées à la COVID-19.

Il y a un an, elle s’était mise à dessiner pour contrer la solitude et l’anxiété générées par les premières semaines de la crise sanitaire. L’apaisement généré par le fait de créer l'avait poussée à recommencer le lendemain et les jours suivants.

J’ignorais à l’époque si j’allais être capable de maintenir la cadence d’un dessin par jour pendant un mois. Encore moins pendant un an, s’exclame-t-elle en riant.

Entretenir la page Facebook du projet, soutenue par une centaine d'amateurs, lui a permis de tenir cette promesse quotidienne.

Des images représentant la vie de chien.

Le chien, un compagnon de choix pour une période difficile.

Photo : fournie par Marsha Schuld

Beau, pas beau, tant que c’est vrai

Il y avait des jours plus sombres, d’autres plus lumineux. Parfois, nous célébrons la vie, d’autres jours, la mort nous guette. Ce gribouillis publié un jour où elle souffre d'une grosse migraine lui a envoyé une onde de messages positifs de personnes dont les sentiments étaient proches des siens. Elle a, à ce moment, choisi de diffuser ses impressions sans crainte de laisser paraître les humeurs plus difficiles.

Créer une image par jour permet à Marsha Schuld d'endurer la pandémie.

L'artiste fait part de son émotion de la journée, que l'émotion soit positive ou négative.

Photo : fournie par Marsha Schuld

Le dessin, la peinture et la sculpture l'ont aidée à surmonter les difficultés du quotidien.

Je ne serais pas passée à travers la pandémie sans ce projet.

Une citation de :Marsha Schuld, artiste

Marsha Schuld reçoit des messages d’appui provenant de tout le Canada et d'ailleurs. Je suis vraiment heureuse de voir que je peux rendre d’autres personnes heureuses, que cela peut les aider à penser à autre chose qu’à la pandémie.

Des admirateurs du travail de Marsha Schuld se sont également mis à réaliser des œuvres quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles pour les partager sur les réseaux sociaux de l’artiste. C’est plaisant de voir une communauté qui se concentre sur des choses positives. Ce n’est pas très facile à trouver sur Internet ces jours-ci, explique l'artiste saskatchewanaise.

Des petits moments du quotidien pour lutter contre la grisaille du coronavirus.

Entretenir la page Facebook du projet, soutenue par une centaine d'admirateurs permet è l'artiste de tenir cette promesse quotidienne.

Photo : fournie par Marsha Schuld

À vos toiles!

Marsha Schuld invite tous les aspirants artistes à se munir d’un pinceau ou d’un crayon et à s’exprimer, comme bon leur semble, sans s'attendre à des résultats spectaculaires dès le départ.

La beauté de l’art, c’est qu’on peut créer quelque chose d’intéressant, peu importe sa formation ou son expérience.

L'environnement direct de l'artiste inspire ses oeuvres.

La technique choisie par l'artiste dépend de l'humeur de la journée.

Photo : fournie par Marsha Schuld

Marsha Schuld aimerait qu'il y ait éventuellement une exposition dans une galerie, mais elle préfère ne pas réfléchir à trop long terme. Il faut prendre la vie un jour à la fois. Vivre le moment présent, remarquer ce qui nous entoure aujourd’hui. Ce qui arrivera dans une semaine, un mois ou un an arrivera au moment venu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !