•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tensions à Minneapolis : le juge au procès Chauvin refuse d'isoler les jurés

Un soldat de la Garde nationale à côté de son blindé.

Des soldats de la Garde nationale dans un centre commercial de Brooklyn Center, une banlieue de Minneapolis.

Photo : AP / Jim Mone

La Presse canadienne

Le juge au procès sur la mort de George Floyd a refusé une demande de la défense de séquestrer le jury, lundi, dans la foulée de perturbations dans une banlieue de Minneapolis après la mort d'un homme noir lors d'un contrôle routier.

La demande est venue de l'avocat de l'ancien policier de Minneapolis, Derek Chauvin. Eric Nelson a fait valoir que les jurés pourraient être influencés par la perspective de ce qui pourrait arriver à la suite de leur verdict.

Le juge Peter Cahill a déclaré qu'il ne séquestrerait le jury que lundi prochain, lorsqu'il prévoit que les plaidoiries finales commenceront.

Ni séquestration ni interrogation des jurés

Il a également rejeté une demande de la défense visant à interroger les jurés sur ce qu'ils auraient pu voir des perturbations survenues après la mort de Daunte Wright, âgé de 20 ans, qui a été abattu par la police dimanche à Brooklyn Center.

Après les événements, des centaines de manifestants ont pénétré par effraction dans une vingtaine de commerces, ont sauté sur des voitures de police et lancé des pierres et d'autres objets sur la police de Brooklyn Center. Des agents en tenue anti-émeute ont lancé des gaz et des grenades assourdissantes.

Le procureur Steve Schleicher s'est opposé à la séquestration du jury, jugeant que ce ne serait pas un recours efficace. Il s'est également opposé à l'interrogation des jurés.

La décision a été rendue alors que le procès entrait dans sa troisième semaine, avec la poursuite qui est sur le point de conclure son argumentation et de céder la place à la défense.

Les procureurs ont construit leur dossier sur des témoignages brûlants, des experts condamnant l'utilisation par M. Chauvin d'une contention au cou et les autorités médicales attribuant la mort de George Floyd à un manque d'oxygène.

Mort liée à un manque d'oxygène

Lorsque le procès a repris lundi matin, le docteur Jonathan Rich, un expert en cardiologie du Northwestern Memorial Hospital de Chicago, a fait écho aux témoins précédents en disant que M. Floyd était mort de faibles niveaux d'oxygène à cause de la façon dont il avait été retenu par la police.

Il a rejeté les théories de la défense selon lesquelles M. Floyd serait mort d'une surdose de drogue ou d'une maladie cardiaque. George Floyd avait du fentanyl et de la méthamphétamine dans son organisme et souffrait d'hypertension artérielle et de rétrécissement des artères cardiaques, selon des témoignages précédents.

Ce sont vraiment les restrictions sur le ventre et les restrictions de position qui ont conduit à son asphyxie. (...) Chaque indicateur dit que M. Floyd avait en fait un coeur exceptionnellement fort.

Une citation de :Jonathan Rich, expert en cardiologie au Northwestern Memorial Hospital de Chicago

Le docteur Rich a dit qu'il avait examiné le rapport d'autopsie de M. Floyd. Il a expliqué qu'un certain rétrécissement des artères est extrêmement commun et que M. Floyd avait un coeur légèrement épaissi ou légèrement hypertrophié, mais que ce serait normal chez une personne souffrant d'hypertension artérielle.

Corroborant le témoignage d'autres experts, le docteur Rich a déclaré que M. Floyd était retenu d'une manière mettant sa vie en danger.

La police aurait pu sauver la vie de M. Floyd

Le témoin a indiqué qu'après l'évanouissement de M. Floyd, la police aurait probablement encore pu lui sauver la vie si elle l'avait repositionné afin que ses poumons puissent à nouveau se dilater. Et une fois qu'un policier a constaté que le pouls de l'homme s'était arrêté, la police avait encore une occasion importante de lui sauver la vie en administrant la réanimation cardiorespiratoire, a-t-il ajouté.

Derek Chauvin, âgé de 45 ans, est accusé de meurtre et d'homicide involontaire dans la mort de M. Floyd le 25 mai. M. Floyd, âgé de 46 ans, a été arrêté à l'extérieur d'un dépanneur après avoir été accusé d'avoir tenté de payer avec un faux billet de 20 dollars.

Les procureurs disent que M. Chauvin avait le genou sur le cou de M. Floyd alors que l'homme noir restait cloué sur le trottoir pendant 9 minutes et demie. La vidéo de témoins où l'on peut entendre George Floyd crier: Je ne peux pas respirer! a provoqué une vague de manifestations parfois violentes à Minneapolis et ailleurs aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !