•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après un long hiver confinés, les Anglais retrouvent leur pub

« Cheeeeers! », lancent des clients en levant leur verre.

Deux personnes assises à une table boivent leur consommation.

Le pub The Fox on the Hill rouvre maintenant que les règles sanitaires sont allégées à Londres.

Photo : Reuters / Hannah McKay

Agence France-Presse

Dès le petit matin, les Anglais se sont précipités lundi en terrasses des pubs ou chez le coiffeur pour dompter leur volumineuse chevelure du confinement, goûtant un peu de liberté retrouvée avec la levée de restrictions liées à la pandémie.

Cela arrive enfin, après tous ces mois, s'exclame Kobi Wise, 32 ans, en savourant une bière fraîche au Half Moon, pub de l'est londonien dans le beer garden duquel il s'est rendu dès l'ouverture, avancée à 9 h pour l'occasion, abrité du crachin par des parasols.

Autour de lui, malgré des températures hivernales, une douzaine d'étudiants se sont répartis sur deux tables, car les groupes de foyers différents sont limités à six personnes maximum et restent interdits à l'intérieur.

Certains sont à la Guinness, d'autres ont choisi un petit déjeuner à l'anglaise avec saucisse, haricots et oeufs accompagné d'une boisson chaude. Cheeeeers!, lancent-ils en levant leur verre, portable à la main pour immortaliser le moment avec un égoportrait.

À Oxford Street, l'une des principales artères commerçantes de Londres, des clients masqués ont formé des queues devant des magasins de vêtements dès 5 h 30, bravant le froid deux heures avant les premières réouvertures des commerces non essentiels.

Dans toute l'Angleterre, les coiffeurs sont surmenés. Et certains ont rouvert dès minuit pour répondre à la demande.

Ces scènes sont rendues à nouveau possibles grâce à une nette amélioration de la situation sanitaire au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe avec plus de 127 000 morts, sous l'effet d'un strict confinement et d'une vaccination massive.

Des visiteurs au Sky Garden.

Des visiteurs au Sky Garden qui a ouvert ses portes au public lundi.

Photo : Getty Images / Joseph Okpako

Boris Johnson exige la responsabilité de tous

Depuis le troisième confinement décrété début janvier, voire décembre pour certaines régions comme Londres, contaminations, hospitalisations et décès sont en chute libre.

Je suis sûr que ce sera un énorme soulagement pour les propriétaires d'entreprises fermées depuis si longtemps et pour tous les autres, c'est l'occasion de recommencer à faire certaines des choses que nous aimons et qui nous ont manquées, a dit, réjoui, le premier ministre Boris Johnson.

Il a malgré tout appelé ses concitoyens à agir de manière responsable pour éviter une résurgence des contaminations.

La joie d'un retour progressif à la normale est cependant ternie par la mort vendredi du prince Philippe, 99 ans, qui a plongé le Royaume-Uni dans une période de deuil national jusqu'au jour de ses obsèques samedi.

Boris Johnson a reporté la visite au pub qu'il avait prévue pour célébrer cette réouverture.

Outre les terrasses et les magasins, les Anglais peuvent aussi retourner dans les salles de sport, les spas, les bibliothèques, à la piscine et partir en vacances dans le pays.

Des clients dans une librairie à Londres.

Des clients portant un masque de protection à l'intérieur de la librairie indépendante Daunt Books, qui a rouvert ses portes à Londres.

Photo : Getty Images / NIKLAS HALLE'N

C'est une relance très attendue de l'économie, durement touchée par la pandémie, même si la British Beer and Pub Association estime que seulement 40 % des pubs en Angleterre disposent d'espaces extérieurs suffisants pour rouvrir.

Elle est rendue possible aussi par une campagne de vaccination massive, qui a déjà permis d'administrer une première dose à près de 60 % de la population adulte depuis début décembre, soit la plus grande partie des plus de 50 ans.

Les autorités ont maintenu leur objectif de proposer une première dose à l'ensemble des adultes d'ici fin juillet malgré les inquiétudes soulevées quant à d'éventuels risques de caillots sanguins liés au vaccin d'AstraZeneca, finalement réservé aux plus de 30 ans par précaution.

Malgré ces embellies, les appels à la prudence se sont multipliés. Même si on ne sait pas exactement quand ou l'ampleur qu'il aura, il y aura inévitablement un rebond du nombre de cas, a lancé sur Times Radio le professeur Peter Horby, qui préside le groupe conseillant le gouvernement britannique sur les virus respiratoires (Nervtag).

Le déconfinement, qui suit un calendrier différent selon les nations du pays, prévoit en Angleterre la réouverture de la restauration en salle le 17 mai, en même temps que les hôtels, musées, salles de spectacles et tribunes des stades, avec des capacités limitées.

Les voyages à l'étranger sont interdits au moins jusqu'à cette date, par crainte d'importer des variants du coronavirus résistant aux vaccins.

Les enterrements restent limités à 30 participants, contraignant la famille royale à prévoir des obsèques en petit comité pour le prince Philippe.

COVID-19                     : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !