•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manquements aux règles sanitaires lors d’une activité de hockey à Dieppe

Photo du bâtiment neuf.

L'activité a rassemblé environ 240 enfants et une soixantaine de parents dans le centre UNIplex, à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, à la fin de décembre (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs manquements aux règles de prévention de la COVID-19 ont été notés durant l’inspection d’une activité de hockey à Dieppe à la fin de décembre.

Ces notes se trouvent dans des courriels du ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick. Elles portent sur une activité organisée par l’organisme East Coast Ice du 27 au 30 décembre 2020 dans le complexe sportif UNIplex.

Les courriels indiquent qu’environ 240 enfants étaient présents, que des parents les observaient des gradins et que le tout s’est déroulé tandis que les tournois étaient interdits et les rassemblements étaient déconseillés.

L’inspection effectuée par le ministère de la Sécurité publique s’est déroulée pendant au moins trois heures le 27 décembre. Plusieurs manquements aux règles, dont les suivants, ont été notés et transmis aux autorités municipales :

  • Des entraîneurs sur leur banc ne portaient pas de masque;
  • Environ 60 spectateurs se trouvaient dans les gradins. La plupart d’entre eux portaient le masque, mais ne respectaient pas la consigne d’éloignement physique. La situation est décrite comme étant pratiquement un rassemblement social sans contrôle.
  • Les joueurs ne portaient pas le masque dans les vestiaires;
  • Des joueurs arrivaient sur les lieux sans être déjà vêtus de leur équipement, alors que c’était une exigence;
  • Les vestiaires n’étaient nettoyés que deux fois par jour et le nettoyage des bancs était indéterminé;
  • Le plan des organisateurs était approuvé par la Municipalité, mais l’inspecteur doutait que le plan fût conforme aux règles de la santé publique.

L’inspecteur a noté qu’à son avis il n’y avait pas assez d’employés sur les lieux pour faire respecter les règles. Il a aussi noté que les instructions nécessaires pour corriger les manquements ont été données aux organisateurs.

Il s’agissait d’une activité de perfectionnement des compétences nommée Holiday Game Sense Skills Development Camp. Selon son affiche promotionnelle, elle portait en général sur les aptitudes en situation de jeu et des séances de situation de jeu dont la durée variait de 60 à 80 minutes.

Les notes d’inspection font état de séances d’exercice de 30 minutes suivies de rassemblements sur la glace autour des entraîneurs pendant 30 minutes.

Une patinoire de hockey intérieur.

Selon une plainte, l'événement était un tournoi déguisé en événement de perfectionnement.

Photo : Courtoisie / Ville de Dieppe

Au moins une personne qui se présente comme étant une parente d’un joueur a envoyé un courriel au directeur des communications du ministère de la Santé, le 27 décembre. Les noms sont caviardés dans les courriels. La personne disait être déçue de signaler qu’il s’agissait pratiquement d’un tournoi. Elle disait aussi craindre une possible contagion qui pourrait mener à l’interdiction temporaire du hockey.

Les manquements énumérés par les autorités provinciales ont été immédiatement communiqués aux organisateurs, selon une porte-parole de la Municipalité, Julie Albert.

Des mesures correctives ont été prises rapidement après l’inspection, explique Mme Albert dans un courriel envoyé récemment à CBC. Elle ne savait pas à ce moment si des amendes ont été imposées à qui que ce soit.

Il n’y a eu aucune annulation ni de changements aux activités sur la patinoire, selon Julie Albert. Elle ajoute que des représentants de la santé publique étaient présents durant tout le tournoi et qu’aucune autre mesure corrective n’a dû être imposée.

Les appels téléphoniques et les courriels envoyés à East Coast Ice sont restés sans réponse. La santé publique ne fait pas de commentaire non plus.

La sensibilisation est privilégiée

Il a fallu trois mois au ministère de la Santé pour fournir les neuf pages de courriels. CBC avait fait une demande d’accès à l’information parce que les autorités provinciales ne révélaient pas les conclusions de l’inspection.

Une autre demande d’accès à l’information présentée au ministère de la Justice et de la Sécurité publique a été rejetée à la mi-janvier parce qu’une enquête était en cours.

La réponse d’une porte-parole du ministère, Coreen Enos, porte à croire qu’aucune amende n’a été imposée.

Depuis le début de la pandémie, explique Mme Enos, le gouvernement privilégie la sensibilisation du public et l’approche corrective pour faire respecter les règles plutôt que des actions plus sévères. Les actions plus sévères sont prévues au cas où les autres efforts sont infructueux.

Des milliers d’inspections de lieux de travail, d'activités sportives, de restaurants et de transformateurs de produits alimentaires ont mené ces derniers à faire des corrections et il n’a pas été nécessaire de leur donner de directives formelles ni d’amendes, selon Mme Enos.

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !