•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Christian Dubé « satisfait des choix faits, même s’ils ne sont pas parfaits »

Portrait de Christian Dubé sur le plateau de l'émission

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, en entrevue à « Tout le monde en parle ».

Photo : Radio-Canada

En entrevue à l’émission Tout le monde en parle, le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a concédé que le gouvernement aurait parfois pu faire d’autres choix tout en confirmant l’objectif du 24 juin pour que tous les adultes qui le souhaitent soient vaccinés.

Face à l'animateur Guy A. Lepage, le ministre Christian Dubé a surtout rappelé aux jeunes qu'ils ne sont pas immunisés et peuvent contracter la COVID-19. En effet, sur les 1535 nouveaux cas recensés dimanche au Québec, 58 % ont moins de 40 ans.

Cela inquiète évidemment le ministre, qui ne semblait toutefois pas étonné par ces chiffres. C’est un peu normal, puisque nos personnes âgées ont été vaccinées. Nous comptons 1,9 million de personnes vaccinées qui ont pour la plupart plus de 65 ans, a-t-il dit.

Conscient des sacrifices que le gouvernement a déjà demandés aux plus jeunes, le ministre les enjoint toutefois à poursuivre leurs efforts et à continuer à écouter les consignes de la santé publique.

On se croit toujours un peu invincible, mais il faut faire attention, a-t-il ajouté en rappelant que même si certains malades ne finissent pas à l’hôpital, ils peuvent parfois souffrir de séquelles durant de longs mois.

Sur la stratégie gouvernementale adoptée depuis désormais plus d’un an, le ministre a admis qu’avec du recul, on peut toujours se demander ce qu’on aurait pu faire autrement.

Depuis le début de la pandémie, Québec tente de trouver un équilibre entre la santé physique et la santé mentale, assure M. Dubé.

Des gens passent près d'une affiche indiquant un centre de vaccination.

L'augmentation importante du nombre de nouveaux cas de COVID-19 au Québec ces derniers jours force les autorités sanitaires à resserrer encore les restrictions.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Concernant par exemple les assouplissements qui ont été adoptés le 17 mars – retardement du couvre-feu, réouverture des gyms, retour en présentiel pour certains élèves du secondaire, entre autres – et sur lesquelles le gouvernement a finalement dû revenir, M. Dubé se défend : C’était des choix qu’il fallait faire, c’était des bons choix, mais on a dû faire des compromis.

Avec le recul, je pense qu’on s’en sort mieux que l’Ontario. Je suis satisfait des choix qu’on a faits, même s’ils ne sont pas parfaits.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Or, les changements de règles ont attiré de nombreuses critiques, certains dénonçant un confinement en yoyo.

La réalité, c’est qu'on doit s’adapter aux changements. Je comprends que les gens soient tannés, mais il nous reste 75 jours avant le 24 juin. La date tient toujours. Les gens commencent à me connaître. Si je dis que ça va arriver, ça va arriver. Dans 60 jours, on aura vacciné 75 % des Québécois, a-t-il insisté.

Par ailleurs, la campagne de vaccination se poursuit dans la province. En date du 9 avril, plus de 1,7 million de doses ont été administrées. Cela représente plus de 20 % de la population. Dès lundi, les personnes souffrant de maladies chroniques pourront aller se faire vacciner.

Des gens en file

La vaccination sans rendez-vous des 55 ans et plus commençait jeudi au Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le ministre de la Santé a rappelé que son gouvernement tente tant bien que mal de joindre tout le monde, notamment grâce à de l’information diffusée en 17 langues. L’enjeu de communication est donc primordial.

La nouvelle règle du port du masque en extérieur a pu sembler floue pour plusieurs Québécois. M. Dubé a dit : On pourrait être meilleur dans [la communication concernant le port du masque], mais maintenant c’est clair. Les gens doivent porter le masque à l’extérieur comme à l’intérieur, a-t-il simplifié.

En effet, depuis peu, le port du masque est obligatoire lorsque les citoyens pratiquent une activité sportive ou récréative en groupe de plus de deux personnes. Le masque n’est cependant pas obligatoire si le groupe demeure assis et maintient une distance de deux mètres entre chacun de ses membres.

Enfin, M. Dubé est revenu sur la situation inquiétante en Outaouais où les délais pour passer un test de dépistage puis pour en recevoir le résultat s’étirent parfois sur plusieurs jours.

Il y a eu des bris d’équipement, un manque de personnel. C’est un endroit où on doit s’améliorer. Sainte-Justine a envoyé des équipes là-bas, a-t-il expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !