•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation mouvementée contre le couvre-feu à Montréal

Des manifestants devant des objets en flammes.

La manifestation contre le couvre-feu a connu certains débordements.

Photo : The Canadian Press / Giuseppe Valiante

Radio-Canada

Des centaines de manifestants se sont réunis dans le Vieux-Port de Montréal dimanche soir pour protester contre le couvre-feu.

Ils voulaient ainsi défier la nouvelle directive du gouvernement Legault qui a fait repasser le couvre-feu de 21 h 30 à 20 h.

Les protestataires ont bloqué complètement la rue de la Commune près de la place Jacques-Cartier.

Une foule de manifestants.

De nombreux manifestants se sont rendus dans le Vieux-Port de Montréal pour protester contre le couvre-feu.

Photo : La Presse canadienne / Giuseppe Valiante

La majorité des manifestants étaient des jeunes ne portant pas le masque. Ils ont scandé des slogans insultant le premier ministre Legault et revendiquant plus de liberté, tout en faisant exploser des feux d’artifice.

L'ambiance d'abord festive s'est toutefois envenimée lorsque certains d'entre eux ont allumé un feu de déchets sur la place Jacques-Cartier.

Un feu dans des sacs de vidanges.

Des feux d'artifice ont été lancés et plusieurs incendies ont été allumés par des manifestants.

Photo : La Presse canadienne / Giuseppe Valiante

Des dizaines de policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), certains issus des forces antiémeute, ont été envoyés sur les lieux pour disperser la foule.

À l'arrivée des policiers, un peu après 20 h 30, la foule a commencé à quitter l'endroit en courant dans tous les sens.

Des personnes courent tandis qu'une flamme semble s'élever au loin.

À l'arrivée des policiers, la foule a commencé à se disperser.

Photo : Radio-Canada

Des pompiers se sont également rendus sur place pour éteindre les nombreux petits incendies allumés le long des ruelles et des rues étroites du Vieux-Montréal, dans des poubelles et en pleine rue.

À 22 h, les policiers étaient toujours sur place, tentant de rechercher de petits groupes de manifestants dispersés dans les rues, dont certains ont cassé des vitrines, notamment sur la rue Notre-Dame Ouest.

Lundi matin, le SPVM a fait état, dans un bilan provisoire de ses interventions, de sept arrestations pour des actes criminels, 107 constats d'infraction pour violation de la loi sur la santé publique et un pour violation d'un règlement municipal.

Les policiers ont constaté plusieurs dizaines de méfaits, d'incendies criminels, d'introductions par effraction et de cas d'entrave au travail des policiers.

Une vitrine fracassée.

Des commerces ont été la cible de vandales lors de la manifestation.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Grégoire

Les protestataires interrogés par Radio-Canada remettent en question la logique gouvernementale qui sous-tend le resserrement du couvre-feu, affirmant pour les uns que Québec exagère, pour les autres qu’aucune raison scientifique ne prouve qu’une telle mesure est efficace et qu’entrer une heure et demie plus tôt à la maison ne changera rien à la transmission du coronavirus.

Des débris et des vidanges dans la rue.

Des manifestants ont ramassé ce qu'ils pouvaient trouver dans la rue pour ensuite lancer les objets sur les vitrines des commerces.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Grégoire

Une « infime partie de la population »

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui était de passage à Tout le monde en parle précisément au moment du début de la manifestation, croit que ces protestations proviennent d’une infime partie de la population.

On le voit dans les sondages, les gens continuent d’écouter, les gens continuent d’être conscients de ce qu’on vit, des difficultés du réseau de la santé qu’on a réussi à éliminer au cours des dernières semaines, estime-t-il.

Questionné à chaud, sans avoir pu voir les images de la manifestation, M. Dubé affirme que les gens ont le droit de manifester et qu’il faut simplement les convaincre que le couvre-feu est la bonne chose à faire.

Pour nous, c’est poser les bons gestes. On n’est pas là pour faire plaisir, on est là pour faire les bonnes choses, fait-il valoir.

Le gouvernement a décidé de revenir à un couvre-feu commençant plus tôt à Montréal et à Laval, où vit 30 % de la population de la province, dans le but de ralentir la propagation de la COVID-19.

La troisième vague causée par des variants du virus a commencé à déferler sur le Québec et fait craindre le pire pour les populations plus jeunes et pas encore vaccinées.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !