•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprendre à vivre avec les coyotes à Winnipeg

Un plan rapproché de coyote.

Un coyote

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Trois coyotes ont été aperçus dans le quartier Norwood Grove de Winnipeg samedi. Un interprète de la nature rappelle comment agir autour de ces animaux sauvages, qui restent généralement inoffensifs pour l'humain.

Samedi matin, Nancy Klos est tombée sur trois coyotes à l'angle d'Enfield Crescent et de la rue Eugénie, dans le sud de Saint-Boniface. Elle était en sécurité dans son véhicule, mais elle craignait de voir surgir d’éventuels passants devant les animaux sauvages.

Si j’avais été à vélo, je n'aurais certainement pas pris de photo, j’aurais appelé le 911 et j’aurais été paniquée, ça aurait été terrifiant, dit-elle.

Deux coyotes

Des coyotes ont été aperçus à Saint-Boniface

Photo : Nancy Klos

Un coyote tout seul, ce n'est pas dangereux pour l’humain, il faut juste lui montrer où on est, et il va nous donner de l’espace, explique pourtant Julien Nayet-Pelletier, interprète de la nature.

Trois coyotes

Trois coyotes ont été aperçus dans le sud de Saint-Boniface

Photo : Nancy Klos

Depuis les années 1950, au Canada, deux personnes seulement sont décédées d’une attaque de coyote, souligne-t-il.

La règle d’or lorsque l’on en croise est de garder son calme, ajoute-t-il, et de maintenir nos animaux de compagnie en laisse et à proximité.

Attirés par les odeurs

La province, qui a la responsabilité des animaux sauvages, reçoit en moyenne 70 appels par année à propos de coyotes.

Je ne croyais pas qu’ils s'aventuraient si loin de la rivière, affirme Aline Dupuis, qui a été surprise en apprenant la présence de ces animaux dans son quartier.

Ça nous rend conscients de faire attention, ces pauvres bêtes, elles n'ont pas d’endroit où aller, je suppose, ou alors elles ont faim, dit-elle.

Les coyotes se nourrissent de petits animaux, mais sont aussi attirés par la nourriture laissée dehors, confirme Julien Nayet-Pelletier. Ils sont ainsi attirés par nos poubelles, la nourriture de nos animaux de compagnie, et même nos animaux de compagnie eux-mêmes.

La perte de leur habitat naturel, les Prairies, explique également leurs aventures en terrain citadin.

C’est une chose très importante, il ne faut pas donner à manger aux animaux sauvages. Si tu ne donnes pas à manger aux coyotes, tu fais partie de la solution, dit l’interprète de la nature.

Julien Nayet-Pelletier explique qu’un coyote approche d’un humain surtout s’il a été habitué à sa présence, avec de la nourriture.

Il espère que les humains apprendront à cohabiter avec ces animaux, en comprenant leur habitat.

Ça ne me fait pas peur, parce qu'ils ne me dérangent pas, témoigne de son côté Philippe Lessard, un autre résident du quartier. S'il y en a, c'est probablement la nuit.

J’en ai vu un il y a un an de cela, ce bel animal-là, il marchait droit au centre de la rue, c’était incroyable de le voir, c’était formidable!, s'exclame-t-il.

Avec les informations d'Alexia Bille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !