•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes Brésiliens de plus en plus frappés par la COVID-19

Un travailleur de la santé semble ajuster un masque sur le visage du patient.

Un patient est soigné à l'unité de soins intensifs de l'hôpital Nossa Senhora da Conceicao de Porto Alegre, au Brésil.

Photo : Reuters / Diego Vara

Agence France-Presse

La majorité des Brésiliens qui se trouvent aux soins intensifs en raison de la COVID-19 ont désormais moins de 40 ans, a révélé dimanche le coordinateur d'une étude de l'Association brésilienne des soins intensifs (AMIB).

Les moins de 40 ans qui se trouvent aux soins intensifs sont désormais au nombre de plus de 11 000. Ils sont devenus majoritaires (52,2 %) au mois de mars, selon le coordinateur de l'étude de l'AMIB, le Dr Ederlon Rezende.Ils n'étaient que 14,6 % au début de la pandémie il y a un an, puis 45 % entre septembre et février, selon la même étude.

Cette population ne contractait auparavant qu'une forme moins grave de la maladie et n'avait pas besoin de soins intensifs, a expliqué le Dr Rezende. Une telle augmentation pour ce groupe d'âge est très significative. L’étude de l’AMIB explique cela par plusieurs raisons.

Les personnes de plus de 80 ans – qui ne constituent plus que 7,8 % des personnes en soins intensifs souffrant de la COVID-19 – sont désormais pour la plupart vaccinées.

En outre, les personnes plus jeunes s'exposent davantage, soit parce qu'elles doivent travailler, soit parce qu'elles se croient moins vulnérables.

Le variant local à blâmer

Enfin, le variant brésilien du virus, nommé P1, est selon les experts la principale cause de la hausse spectaculaire du nombre de morts au mois de mars.

Les malades plus jeunes, sans avoir d'autres maladies, présentent à leur arrivée aux soins intensifs des cas plus graves, a déclaré le Dr Rezende.

Le nombre des patients atteints de la COVID-19 qui se retrouvent aux soins intensifs sans avoir d'autres maladies aggravantes a atteint en mars près d'un tiers du total (30,3 %), selon l'étude, tandis que le nombre des malades de la COVID-19 en réanimation a atteint le pourcentage record de 58,1 %.

Le Brésil a enregistré 66 500 morts dues à la COVID-19 au mois de mars, soit plus du double que le précédent record de juillet 2020.

Plus de 351 000 personnes ont péri en un peu plus d'un an au total du fait de cette maladie au Brésil, qui compte 212 millions d'habitants. Ce bilan est seulement dépassé par les États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !