•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : de mal en pis dans Chaudière-Appalaches

Devant la hausse marquée des cas, une deuxième unité COVID-19 ouvrira pour la région, à l'hôpital de Saint-Georges.

Des gens font leurs achats dans une épicerie.

Les commerces de détail n'échappent pas aux éclosions de COVID-19 dans Chaudière-Appalaches.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La santé publique ouvrira une seconde unité désignée pour les patients atteints de la COVID-19 dans la région de Chaudière-Appalaches, cette fois à l'hôpital de Saint-Georges, en Beauce. Une décision rendue nécessaire par la hausse fulgurante des cas au cours de la dernière semaine.

L'Hôtel-Dieu de Lévis était jusqu'ici la seule unité désignée et autorisée à accueillir les personnes atteintes de la COVID-19. Mais les 20 lits ne sont plus suffisants, selon la santé publique.

Étant donné la situation épidémiologique en vigueur en ce moment dans la région, nous vous informons de l'ouverture d'une deuxième unité d'hospitalisation COVID-19 dans la région. Celle-ci sera ouverte à compter de lundi à l'Hôpital de Saint-Georges, confirme le CISSS dans un communiqué émis dimanche après-midi.

L'unité permettra d'ajouter 12 lits, pour un total de 32 dans l'ensemble de la Chaudière-Appalaches. Pour les soins intensifs, l'Hôtel-Dieu de Lévis demeure le seul établissement à offrir une dizaine de lits aux soins intensifs.

L'Hôtel-Dieu de Lévis

L'Hôtel-Dieu de Lévis demeure le seul hôpital où seront prodigués des soins intensifs aux patients atteints de la COVID-19 dans Chaudière-Appalaches.

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Série de records

Pendant qu'un ralentissement de la courbe de contamination de la troisième vague est observé dans la Capitale-Nationale depuis quelques jours, Chaudière-Appalaches enfile les records.

Dans le plus récent bilan des autorités, dimanche, 244 nouveaux cas y ont été répertoriés dans les dernières 24 heures. La veille, 220 infections étaient confirmées dans le bilan quotidien.

Pour la semaine, la région de Chaudière-Appalaches a enregistré plus de 1200 cas de COVID-19 supplémentaires sur son territoire. En comparaison, le nombre de cas actifs est actuellement de 1388.

Le CISSS dénombre 20 hospitalisations, dont cinq personnes aux soins intensifs.

Milieux de travail

Jugeant la situation grave et préoccupante, la Dre Liliana Romero, directrice de la santé publique pour la région, appelle à la solidarité de la population.

Il faut vraiment diminuer les contacts sociaux. Il faut rester avec les personnes qui habitent à la même adresse. Il faut faire sa part dans la mobilisation. La santé publique, on fait notre travail, on travaille avec les entreprises, la police et la population. On a besoin de la contribution de chaque citoyen, a-t-elle dit en entrevue dimanche.

La Dre Romero dénote notamment une augmentation importante des éclosions dans les milieux de travail, et même dans le commerce de détail. Elle cite des cas rapportés dans des épiceries, des supermarchés et des pharmacies, notamment, où les mesures sanitaires ont été négligées.

Dans la dernière semaine, et même dans les derniers jours, l'augmentation est significative dans les milieux de travail.

Une citation de :Dre Liliana Romero, directrice régionale de santé publique, CISSS de Chaudière-Appalaches

Chaudière-Appalaches n'échappe pas à la tendance voulant que des groupes d'âge de plus en plus jeunes soient représentés dans les cas de contamination.

La Dre Romero souligne des augmentations particulièrement chez les 10-19 ans et les 40-49 ans, avec respectivement 242 et 220 nouveaux cas au cours de la dernière semaine.

Appel à la vaccination

Le CISSS de Chaudière-Appalaches demande par ailleurs à la population répondant aux critères de la campagne de vaccination à ne plus tarder et à prendre rendez-vous. Des centaines de plages horaires étaient toujours libres pour les prochains jours.

Pour la seule journée de samedi, une centaine de coupons pour une dose du vaccin d'AstraZeneca n'ont pas trouvé preneur, sur 700 disponibles. La situation était plus encourageante dimanche : seules 50 plages horaire sur 1300 n'avaient pas trouvé preneurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !