•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comme nous, les grizzlis préfèrent les pentes douces, selon une étude

Un ours grizzli dans un champ d'herbe, avec une montagne enneigée au loin.

Les résultats de l'étude pourraient être utilisés pour la conservation des ours (archives).

Photo : Isabelle Groc

Radio-Canada

Les grizzlis semblent préférer les sentiers en pente douce ou plats comme ceux couramment utilisés par les humains, explique un expert qui a écrit un article sur les habitudes de déplacement de ces animaux.

L'une des raisons pour lesquelles les gens rencontrent des ours en randonnée pourrait être parce qu'ils apprécient les mêmes itinéraires que les marcheurs, explique Gordon Stenhouse, chercheur à l’Institut de recherche Foothills, situé en Alberta.

L'étude publiée dans le Journal of Experimental Biology pourrait être utilisée par les industries d’exploitation des ressources naturelles comme la foresterie, l'exploration pétrolière et gazière, en particulier en Alberta, selon le chercheur.

Les grizzlis modifient leurs schémas de déplacement et leur utilisation de l'habitat en réponse à un large éventail d'indices environnementaux, y compris les ressources alimentaires saisonnières, les loisirs humains - tels que la randonnée, le camping, la chasse - le pâturage du bétail et l'utilisation des routes, peut-on lire dans l'étude.

Cette dernière a été dirigée par Anthony Carnahan, un étudiant en doctorat à l'Université de l’État de Washington.

M. Stenhouse affirme que l'étude peut aider à comprendre à quelle vitesse les ours se déplacent, quelles zones ils utilisent, comment conserver au mieux ces endroits et éviter les conflits avec ces animaux.

Les ours prendront des décisions sur de nombreux facteurs et ce qui certain, vous savez, c'est que les informations montrent que les ours recherchent des itinéraires faciles, tout comme les gens le font, dit-il.

Des ours sur tapis roulant

Pour étudier les pentes favorisées par les ours et l'énergie dépensée, les scientifiques de l'Université de l'État de Washington ont entraîné neuf animaux captifs à marcher sur un tapis roulant à des inclinaisons variables.

Les ours étaient âgés de 2 à 15 ans et pesaient entre 91 et 265 kilogrammes.

Les chercheurs ont mesuré les niveaux d'oxygène des ours et compté les calories qu'ils consommaient en marchant sur le tapis roulant pendant environ six minutes.

Leur vitesse préférée était d'environ 4 kilomètres à l'heure avec une pente de 10 % vers le haut ou vers le bas.

En comparaison, des ours du parc national de Yellowstone équipés de colliers GPS se déplaçaient plutôt à une vitesse confortable d'environ 2 km/h.

M. Stenhouse précise que les changements dans la démarche d'un ours sont liés à la façon dont il se nourrit.

Les ours grizzlis dorment de midi à cinq heures du matin et ils se réveillent. Ensuite, ils commencent à bouger et en se déplaçant, ils fouillent leur environnement, voyant quelle nourriture ils peuvent trouver, explique-t-il. Fondamentalement, ils se nourrissent en marchant.

Les données aident à comprendre les déplacements des grizzlis, leur utilisation du territoire, l'énergie dépensée et la nourriture dont ils ont besoin, ce qui est important pour la conservation à long terme de l'espèce, selon lui.

Ce n'est probablement pas quelque chose de normal de mettre un grizzli sur un tapis roulant, admet M. Stenhouse. Certaines personnes pourraient rire et penser que c'est drôle, mais l'objectif global est de permettre de meilleures pratiques de gestion et d'assurer la conservation.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !