•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congrès du NPD : Singh reproche aux libéraux leur gestion de la pandémie

Un gros plan sur le visage de Jagmeet Singh.

Le chef du Nouveau Parti démocratique Jagmeet Singh s'est adressé aux délégués néo-démocrates au troisième et dernier jour du congrès de son parti.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Au dernier jour du congrès du Nouveau Parti démocratique, son chef, Jagmeet Singh, a tiré à boulets rouges sur le gouvernement libéral et insisté sur les efforts déployés par les néo-démocrates pour permettre aux Canadiens de garder la tête hors de l’eau, malgré les ravages de la pandémie.

Amis des ultrariches et des grandes compagnies pharmaceutiques, faux allié des environnementalistes : les flèches décochées au premier ministre Justin Trudeau n’étaient pas sans rappeler celles entendues tout au long de la campagne électorale de 2019.

Jagmeet Singh est d’avis que la posture du premier ministre et de son équipe n’a pas changé depuis; le scandale d’UNIS est un exemple parmi d’autres qui démontre, selon lui, que les libéraux travaillent pour l’élite plutôt que pour les Canadiens.

Et la pandémie l'aura mis en lumière, estime le chef néo-démocrate.

Pendant que les gens redoutaient de perdre leur emploi et que les propriétaires des PME craignaient de devoir fermer boutique, les libéraux faisaient le strict minimum, a-t-il déclaré.

Selon le chef néo-démocrate, Justin Trudeau a même contribué à la détérioration des conditions dans les foyers pour aînés en refusant aux provinces une augmentation substantielle des transferts en santé. Nos aînés ont payé de leur vie les coûts de la pandémie. C'est une honte nationale, a-t-il affirmé.

À l'opposé, la crise de la COVID-19 aura permis au NPD de se placer en véritable défenseur des intérêts des Canadiens, a déclaré Jagmeet Singh. Son parti, s'est-il félicité, a talonné sans relâche le gouvernement pour qu'une aide suffisante soit acheminée aux Canadiens.

Nous nous sommes battus, et nous sommes allés chercher des gains pour les gens, a-t-il poursuivi, soutenant que la prestation canadienne d'urgence (PCU) avait doublé grâce à l'action des néo-démocrates.

Le Parti libéral du Canada aime prendre le crédit; le NPD aime obtenir des résultats. C'est ce pour quoi nous nous battons.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

La pandémie a aussi remis au premier plan l'importance des congés de maladie payés, l'une des résolutions adoptées par les quelque 2000 délégués réunis en congrès virtuel ce week-end. Plusieurs travailleurs [n'y] ont pas accès, a déploré Jagmeet Singh. Personne ne devrait avoir à choisir entre aller travailler malade ou rester à la maison et ne pas avoir sa paie.

Le NPD entend continuer à se battre pour qu'un programme permanent soit mis en place.

Erin O'Toole et ses troupes conservatrices – qui se prétendent à tort amis des travailleurs, selon Jagmeet Singh – ont été écorchés au passage par le chef néo-démocrate.

Le Parti conservateur est celui du refus, a plaidé M. Singh : il refuse aux travailleurs l'accès à l'assurance-médicaments et à des congés de maladie payés, et tente de leur mettre des bâtons dans les roues lorsqu'ils tentent de se syndiquer.

Et sur le plan de l'environnement, le NPD, qui a adopté une résolution en faveur de la relance verte, juge que ni le Parti conservateur ni le Parti libéral ne sont en mesure de lutter contre la crise climatique.

Le premier n'y croit pas; le second fait comme si elle n'existait pas, a-t-il offert. Vraiment, quelle est la différence?

M. Singh a toutefois épargné le Bloc québécois, qui a dérobé pas moins d'une dizaine de circonscriptions au NPD lors des dernières élections.

Congrès du NPD : Singh reproche aux libéraux leur gestion de la pandémie

Des pépins techniques et (trop) peu de résolutions débattues

Jagmeet Singh s'est adressé aux délégués au terme de deux jours de débats, qui devaient leur permettre de convenir du contenu de la plateforme néo-démocrate en vue des prochaines élections fédérales.

Mais des problèmes techniques survenus au cours du congrès ont occasionné des retards et agacé les délégués, certains appelant même à reporter l'exercice.

Bien que déçus par le peu de résolutions qui auront été débattues ce week-end, les membres du parti ont néanmoins pu s'entendre sur l'idée de fixer le salaire minimum à 20 $ de l'heure et d'améliorer les soins de longue durée.

Parmi les 70 résolutions qui se trouvaient au cœur du congrès, nombre d'entre elles pourraient résolument renforcer la place du NPD à gauche de l'échiquier politique, comme celles de remettre le mot « socialisme » dans le préambule de la constitution du parti ou de retirer les statues de John A. Macdonald.

Certains militants proposaient aussi d'éliminer les Forces armées canadiennes – une résolution à laquelle n’adhérait pas Jagmeet Singh, qui a défendu les membres des FAC et salué leur intervention dans les foyers pour aînés au cours de la pandémie.

Au final, seule une dizaine de résolutions ont pu être adoptées.

Aux prochaines élections, le NPD devra batailler ferme pour mettre la main sur des sièges libéraux et contrecarrer les plans des conservateurs, qui cherchent à accaparer le vote des syndicats et grappiller des voies dans les rangs du Parti vert, dont l'électorat est convoité par les néo-démocrates.

Aucune date n'a encore été annoncée pour la tenue du scrutin fédéral.

Ce qui est clair, cependant, c'est que Jagmeet Singh demeurera à la tête du NPD pour mener les troupes à la bataille : quelque 87 % des délégués présents lors du congrès ont en effet voté dimanche contre une résolution qui aurait déclenché une nouvelle course à la chefferie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !