•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amener le vaccin aux populations des quartiers chauds

Une femme se prépare à recevoir son vaccin à une session de vaccination organisée à un centre communautaire de la communauté musulmane.

La vaccination de masse, sans distinction d'âge, vient de commencer dans des quartiers les plus durement touchés par la COVID.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Des centaines d’Ontariens ont commencé à se faire vacciner dans les zones chaudes, à la suite des changements apportés à la stratégie de la province.

En vertu des nouvelles règles, les personnes de 50 ans et plus des quartiers durement touchés peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner.

Le système fonctionne par code postal. Il y en a une centaine dans la province.

Les changements annoncés n’ont toutefois pas encore été appliqués dans tous ces quartiers.

Dans des quartiers chauds de Toronto et de la région de Peel, la limite d'âge a été abaissée davantage. L'objectif est de vacciner les gens là où ils vivent ou travaillent.

C'est le cas à Thorncliffe Park, dans l’est de Toronto, où des sessions de vaccination ont lieu toute la fin de semaine. Toute personne de plus de 18 ans peut s’y faire vacciner.

Abdullah Al Azzawi s’était placé en ligne dès 5 h samedi matin. Il n’y avait pas de rendez-vous; c’était premier arrivé, premier servi. Mille doses étaient disponibles pour la journée.

Abdullah Al Azzawi en entrevue dans une file de gens.

Abdullah Al Azzawi a attendu des heures pour pouvoir se faire vacciner.

Photo : CBC

C’est un sentiment extraordinaire, a-t-il déclaré une fois vacciné. Je me sens vivant et libre!

M. Al Azzawi a trouvé le processus un peu difficile, mais il estime que cela valait la peine d’attendre.

Je pense qu’ils pourraient accélérer un peu les choses, souligne-t-il, pour que beaucoup plus de gens puissent se faire vacciner, avoir la chance d’être en sécurité et de vivre avec leurs proches.

Le Dr Peter Jüni, qui est directeur scientifique de la table de consultation qui conseille le gouvernement, rappelle que les experts demandaient depuis des semaines de vacciner en priorité la population de ces quartiers où le risque de transmission est le plus élevé.

Si on renforce la vaccination dans les quartiers à haut risque, dit-il, ça va protéger non seulement les gens dans ces quartiers, mais ça va aussi contribuer au contrôle de la pandémie.

Les experts soulignent aussi que cette approche aidera à limiter les éclosions en milieu de travail, puisque beaucoup de travailleurs essentiels résident dans ces secteurs.

Avec les informations de Camille Feireisen et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !