•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maskicom envisage de changer de sous-traitant devant l’arrêt des travaux

Le logo de Maskicom.net sur un véhicule.

Maskicom est une organisation à but non lucratif (OBNL) chargée de brancher 5000 foyers répartis dans la MRC de Maskinongé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil d’administration de Maskicom dénonce l’arrêt des travaux de branchement de la fibre optique dans la MRC de Maskinongé.

Les maires qui siègent sur le conseil d’administration envisagent ainsi de donner une partie du contrat de branchement à une autre entreprise, s’il n’y a possibilité de s’entendre sur le litige.

Là je commence à en avoir assez un peu. On est 12 municipalités là-dedans et ça traîne, ça traîne, ça traîne. Et nous on paie pendant ce temps-là et on a tout le temps des frais fixes. Lui, pendant qu’il ne travaille pas, les autres qui sont là sont payés pareil. Il ne connecte pas pendant ce temps-là et les gens ne sont pas connectés, se désole le maire de Saint-Boniface, Pierre Desaulniers.

Je pense qu’il est plus que temps que Madysta, on le mette à sa place.

Une citation de :Pierre Desaulniers, maire de Saint-Boniface

Maskicom a fait appel au processus de cautionnement d’exécution du contrat. Autrement dit, une partie indépendante tentera de régler le litige en cours entre l’entreprise Madysta, responsable des travaux, et Maskicom.

Nous avons cru à tort pendant quelque temps à un problème de main-d’œuvre, mais force est de constater que nous sommes plutôt pris en otage, afin que Maskicom procède au paiement de factures que nous considérons problématiques, explique le CA sur Facebook.

L'internet branché par un câble dans un ordinateur portable.

Une connexion internet.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

D’après le conseil d’administration, Madysta a reçu plus de 6,7 millions de dollars depuis le début du projet en 2018. Le litige concerne cinq factures totalisant près de 600 000 $. Toujours selon le CA, il manquerait des pièces justificatives entre autres.

Le conseil d’administration aimerait régler ce conflit indépendamment des travaux. Il avance également que Madysta a décidé d’arrêter ces travaux dans le but de faire pression sur le CA et l’obliger à payer les factures.

Maskicom a donc choisi d’agir pour réussir à régler cette situation rapidement. Ainsi, les travaux d’ingénierie sont complétés à 90 %, plus de 45 % du réseau est construit, mais environ 1000 résidences supplémentaires pourraient être aujourd’hui reliées au réseau et ne le sont pas, écrit le regroupement sur Facebook.

Au moment d’écrire ces lignes, les représentants de Madysta n’ont pas donné suite aux demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Avec les informations de Catherine Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !