•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manoir Liverpool devient la Résidence Saint-Antoine

Alain Bertrand.

Alain Bertrand, le directeur général du groupe Ébèn, devant la Résidence Saint-Antoine, anciennement le Manoir Liverpool.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Les nouveaux propriétaires du défunt Manoir Liverpool n'ont pas perdu de temps avant d'apporter des changements à la résidence pour aînés de Lévis. Celle-ci a un nouveau nom, la Résidence Saint-Antoine, « en référence au protecteur des personnes âgées ».

Le Groupe Ébèn s'est récemment porté acquéreur de la résidence de Lévis qui a fait la manchette lors de la pandémie.

En février, un rapport d’enquête du CISSS de Chaudière-Appalaches confirmait ce qu’un reportage de Radio-Canada a dévoilé il y a près d’un an, soit que des situations de maltraitance et d’insalubrité prévalaient depuis plusieurs années.

Il y a eu beaucoup de reportages sur cet édifice- là. On voyait dans les reportages que les gens étaient inquiets que ce soit du côté des résidents que du personnel explique sans détour Alain Bertrand, le directeur général du groupe Ébèn.

La décision d'acquérir la résidence en est une d'affaires, mais le groupe Ébèn voulait également s'assurer que les résidents demeurent dans leurs milieux après la transaction.

Étant dans le domaine, on le sait très bien que lorsqu'un résident est relocalisé dans un autre endroit, c'est un stress, une déstabilisation et bien souvent il y a aussi une perte d'autonomie. Il y a une tristesse qui s'installe, ajoute le DG.

Rencontre avec les employés

La direction indique avoir rencontré les employés pour leur faire part d'un changement d'approche.

Je vous avoue que la réaction a été de l'enthousiasme, carrément de la joie. Le personnel sentait qu'une page était en train de se tourner et qu'il y a un nouveau départ, croit M. Bertrand.

Le personnel, bien qu'il ne soit pas complet, connait une certaine stabilité.

Depuis les évènements, il y a eu une rotation de personnel. Je ne vous dis pas qu'on n’a pas fini le travail, mais il y a eu beaucoup de nouveaux personnels qui se sont greffés à la suite de l'arrivée du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Une nouvelle directrice a également été nommée.

C'est important que les gens qui sont en place soient là pour les bonnes raisons. Le personnel, c'est des gens de coeur. Oui, c'est une profession, mais au-delà de ça, ça prend une vocation. C'est de l'amour pur qui doit exister au sein de la résidence. C'est d'arriver avec cette mentalité-là qu'on va arriver à nos standards.

Une citation de :Alain Bertrand, directeur général du groupe Ébèn.

M. Bertrand invite d'ailleurs les anciens employés à revenir s'ils se sentent interpellés par cette nouvelle philosophie.

Enquête en cours

Si le nom du Manoir Liverpool n'existe plus, plusieurs enquêtes sur la gestion des dernières années sont toujours en cours.

Le ministère de la Santé a déclenché une enquête indépendante afin de comprendre pourquoi le CISSS de Chaudière-Appalaches n’était pas au courant de la situation dans la résidence. Ces conclusions sont toujours attendues.

Par ailleurs, les audiences de l’enquête publique du coroner, qui se pencheront sur les décès survenus dans cette résidence lors du printemps dernier, se tiendront du 12 au 16 avril au palais de justice de Québec.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !