•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour du débat sur la distance de sécurité entre les vélos et les voitures en C.-B.

Des voitures dépassent des cyclistes.

Des lois allant dans ce sens ont déjà été promulguées ailleurs au Canada.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Un organisme de défense des cyclistes demande au gouvernement de la Colombie-Britannique de promulguer une loi afin d'obliger les automobilistes à respecter une distance de sécurité d'au moins 1,5 m lorsqu'ils dépassent un vélo.

Selon Colin Stein, le directeur de l'organisme B.C. Cycling Coalition, une telle loi permettrait de réduire le nombre d’accidents. 

Il affirme qu'en moyenne environ 16 cyclistes sont blessés chaque année, car un automobiliste ne leur a pas laissé suffisamment d'espace sur la route. À cela s’ajoutent les personnes qui refusent de faire du vélo ou qui en font moins, car elles ne se sentent pas en sécurité, déplore-t-il.

L’organisme a fait cette demande auprès du gouvernement provincial pour la première fois en 2016, juste après la promulgation d’une loi similaire en Ontario.

Colin Stein reconnaît qu’il serait difficile de faire respecter une telle loi, mais il est convaincu que cela permettrait de sensibiliser les automobilistes.

Actuellement, en Colombie-Britannique, la loi encourage les automobiles à respecter une distance d’au moins un mètre lorsqu’ils dépassent un cycliste, mais il s’agit simplement d’une recommandation.

Dans une déclaration écrite, le ministère de la Sécurité publique précise qu’il ne vise pas pour le moment à promulguer une loi imposant une distance de sécurité minimum.

Il rappelle que la sensibilisation au partage de la route et aux dépassements sécuritaires figure dans sa stratégie pour le développement des transports actifs définie en 2019.

Des routes trop étroites?

Selon l’avocate de Vancouver Kyla Lee, spécialisée dans les affaires liées à la circulation routière, il est déjà prévu dans la loi provinciale de laisser l'espace nécessaire aux cyclistes sur la route.

Un automobiliste doit conduire tout en prenant suffisamment en compte tous les autres usagers de la route et cela inclut les cyclistes, cite-t-elle. 

L'avocate estime qu’imposer une distance minimum ne serait pas possible, car certaines routes sont trop étroites ou trop chargées.

Ce à quoi l’organisme de défense des cyclistes répond que s’il n’y a pas suffisamment de place pour doubler, alors les automobilistes ne devraient pas le faire tout simplement.

Colin Stein ajoute que les voitures peuvent toujours utiliser la voie en contresens pour doubler quand cela est possible. 

D'après lui, la promulgation d'une telle loi a eu des effets bénéfiques là où elle a été promulguée comme en Ontario, au Québec ou en Nouvelle-Écosse.

En 2019, la Ville de Calgary a promulgué une loi obligeant les automobilistes à respecter une distance d’un mètre lorsqu’ils doublent un vélo. Actuellement, la Ville d’Edmonton réfléchit à faire pareil. 

La Ville de Calgary précise que jusqu’à maintenant, elle s’est surtout concentrée sur la sensibilisation et que, lors d’un sondage, près de la moitié des cyclistes ont déclaré qu'un an après la promulgation de la loi, ils se sentaient plus en sécurité sur la route. 

D’après les informations de Maryse Zeidler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !