•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La PDG du CISSS de l’Outaouais mise en demeure par un syndicat

Josée Filion en conférence de presse.

Josée Filion, présidente-directrice générale du CISSS de l'Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO) a envoyé une mise en demeure à la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, Josée Filion.

La missive a été envoyée vendredi, selon les informations d'ICI Ottawa-Gatineau.

Le SPSO demande que le CISSS se conforme à une décision rendue le 23 mars par le Tribunal administratif du travail (TAT), selon laquelle les employeurs du réseau de la santé doivent fournir des masques N95 aux travailleurs en zone chaude, mais aussi en zone tiède.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a, au lendemain du jugement, rendu obligatoire le port des appareils de protection respiratoire N95, ou supérieurs, pour tous les travailleurs en zone tiède, dans tous les milieux de santé.

Les employeurs devaient aussi s’assurer que les employés touchés par la décision passent obligatoirement un test d’ajustement (fit test).

Le président du SPSO, Patrick Guay, soutient, dans une vidéo publiée sur Facebook samedi, que le CISSS de l’Outaouais ne s’est toujours pas conformé à ces obligations. On se rend compte que, dans plusieurs installations du [CISSS de l'Outaouais], les professionnels en soins qui travaillent actuellement en zone tiède se voient parfois refuser les masques N95. De plus, dans plusieurs installations les [fit test] pour pouvoir les porter sont quasi absents, dit-il.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir
dd456acc9e5e4b4092c2b49f945cc5fa

Patrick Guay, président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, M. Guay indique avoir aussi porté plainte à la CNESST.

Selon le syndicat, l’employeur disait devoir composer avec un retard de livraison afin d'expliquer pourquoi des employés n’avaient pas accès aux masques N95.

C’est un problème de livraison qui dure depuis trois semaines. À un moment donné, je pense qu’il faut que la PDG mette son poing sur la table, et elle ne l’a pas fait. L’organisation non plus ne l’a pas fait, déplore M. Guay. C’est du laisser-aller, tout simplement.

Ça ne fonctionne pas bien au [CISSS de l'Outaouais]. Ça prend quelqu’un qui a un leadership fort et qui va ramener la prévention et le contrôle.

Une citation de :Patrick Guay, président du SPSO

Le SPSO réclame le départ de Mme Filion si cette dernière n’est pas en mesure de conformer les établissements du CISSS à la décision qui a été rendue en mars. Si elle n’est pas capable de faire sa job de PDG, de protéger ses professionnels en soins, mais aussi la population, qu’elle laisse la place à quelqu’un d’autre, a lancé le président du syndicat.

M. Guay souhaite que le ministre de la Santé, Christian Dubé, ainsi que son collègue responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, interviennent dans le dossier.

Le CISSS de l'Outaouais n'a pas donné suite, samedi, aux demandes de précisions envoyées par ICI Ottawa-Gatineau. Ni Mme Filion ni le ministre Lacombe n'étaient disponibles pour accorder une entrevue.

Avec les informations de Marielle Guimond

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.