•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un joueur de hockey autochtone de Winnipeg rejoint le Championnat du monde de hockey

Un jeune joueur de hockey en plein match.

Conner Roulette, qui joue pour les Thunderbirds de Seattle de la Ligue de hockey de l'Ouest (WHL) , se rendra au camp d'entraînement d'Équipe Canada la semaine prochaine.

Photo : Brian Liesse/Seattle Thunderbirds

Radio-Canada

Le joueur de hockey autochtone de Winnipeg, Conner Roulette, portera le maillot d'Équipe Canada lors du Championnat du monde de hockey des moins de 18 ans qui aura lieu plus tard ce mois-ci.

Conner Roulette, un attaquant de 17 ans des Thunderbirds de Seattle de la Ligue de hockey junior de l'Ouest, était dans sa chambre en train de faire des travaux scolaires lorsqu'il a reçu l'appel.

C'est génial, a lancé Conner Roulette, qui admet que c'était inattendu, car on ne savait pas si le tournoi aurait lieu en raison de la pandémie de COVID-19.

Dès que j'ai raccroché le téléphone, j'ai envoyé un message à ma mère et à mon père pour leur dire. J'ai vraiment hâte d'y aller et de représenter notre pays.

Le Championnat du monde de hockey des moins de 18 ans de la Fédération internationale de hockey sur glace se déroule à Frisco, au Texas, une ville située juste au nord de Dallas. La mise au jeu aura lieu le 26 avril.

Ce tournoi sera la deuxième fois que Conner Roulette représentera le pays sur la scène internationale du hockey. En 2019, il était membre de l'une des trois équipes canadiennes au Défi mondial de hockey des moins de 17 ans à Medicine Hat, en Alberta.

Deux autres Winnipégois ont également été sélectionnés dans l'équipe : le défenseur Carson Lambos et le gardien Tyler Brennan.

La saison dernière, le jeune garçon a marqué 39 points en 54 matchs pour les Thunderbirds. Au cours des 10 premiers matchs de la saison 2020-21 de la WHL, dont le début a été continuellement retardé en raison de la pandémie, il a marqué 12 points.

Pourtant, le jeune homme de 17 ans ne considère pas le fait de faire partie d'Équipe Canada comme une récompense.

Je le prends simplement comme une fierté et un honneur, pas tout à fait comme une récompense, juste comme une étape suivante pour atteindre le prochain niveau , a mentionné le sportif. 

Roulette se réjouit d'être un modèle

Le père de Conner Roulette raconte souvent que son fils a pleuré lorsque l'équipe canadienne, qui comptait des vedettes comme Jordan Eberle et Taylor Hall, a perdu contre les États-Unis lors du championnat mondial junior 2010 de l'IIHF.

Je pleurais parce que tous vos joueurs préférés se réunissent pour un grand tournoi, que tout le monde regarde, et cela inspire ces petits enfants, a déclaré l’athlète.

Un jeune joueur de hockey en train de jouer sur la glace.

Au cours des 10 premiers matchs de la saison 2020-21, Conner Roulette a marqué six buts et inscrire six passes décisives.

Photo : Brian Liesse/Seattle Thunderbirds

J'étais juste l'un de ces petits enfants qui ont toujours rêvé de pouvoir un jour porter ce logo... et j'ai vraiment la chance de l'avoir, et j'espère inspirer d'autres enfants.

Outre le fait qu'il a réussi à se faire une place dans l'équipe canadienne, de nombreux enfants admirent Conner pour une autre raison : il s'agit d'un athlète autochtone d'élite qui évolue dans un sport pratiqué principalement par des Blancs privilégiés.

La mère de Conner vient de la Nation crie Misipawistik, également appelée Première Nation de Grand Rapids, et son père de la Première Nation de Sandy Bay. Bien qu'il ait grandi à Winnipeg, Conner Roulette est membre de la Nation de sa mère.

Quand on est un jeune autochtone et qu'on voit un autre Autochtone jouer dans l'équipe canadienne, c'est évidemment très inspirant, a-t-il dit.

Carey Price des Canadiens de Montréal, T.J. Oshie des Capitals de Washington et Micheal Ferland des Flames de Calgary sont les joueurs de la LNH d'origine autochtone que Conner admire.

À mesure que sa carrière de hockeyeur progresse, il espère aussi être un modèle pour les enfants autochtones qui le regardent.

Avec les informations de Nicolas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !