•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un présumé proxénète montréalais arrêté à Punta Cana

Verdieu Registre Junior serait à la tête d'un vaste réseau de prostitution au Canada, selon la police.

Une photographie d'identité judiciaire.

La cavale de Verdieu Registre Junior est terminée.

Photo : Équipe intégrée de lutte contre le proxémétisme

Radio-Canada

Un homme de 32 ans recherché depuis plusieurs mois par les autorités canadiennes a été retrouvé en République dominicaine, où il se terrait sous une fausse identité, annonce l'Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme (EILP).

Verdieu Registre Junior serait à la tête d’un important réseau de prostitution opérant au Québec et dans plusieurs autres provinces canadiennes, explique-t-elle dans un communiqué transmis aux médias vendredi après-midi.

Arrêté à Punta Cana et rapatrié au pays grâce à la collaboration des autorités dominicaines, il a comparu vendredi pour divers chefs d'accusation de proxénétisme, de recel et d'usage de faux passeport.

L'enquête ayant mené à son arrestation, baptisée Migration, avait notamment débouché sur une perquisition qui, en 2018, avait permis de saisir sur la Rive-Sud plus de 200 000 $ en argent comptant et 100 000 $ en bijoux. Verdieu Registre Junior avait ensuite réussi à fuir le Canada sous une fausse identité.

L'EILP poursuit son enquête malgré l'arrestation de la tête présumée du réseau. D'ailleurs, d’autres arrestations sont à prévoir concernant des individus ayant collaboré au réseau de prostitution mis en place par Verdieu Registre Junior, précise la police.

Les victimes dudit réseau, elles, sont invitées à communiquer avec le 911 ou la ligne Info-Crime Montréal.

L'Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme a été mise sur pied en 2017. Elle regroupe des enquêteurs de la SQ, de la GRC et de cinq corps de police municipaux, dont le SPVM.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.