•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau programme scolaire en Alberta : l’éducation physique sacrifiée

Des ballons et de l'équipement d'éducation physique dans l'entrepôt d'un gymnase.

Dans le nouveau programme scolaire albertain, les cours d'éducation physique deviendront plus théoriques.

Photo : Radio-Canada

Parmi les propositions qu’on retrouve dans le nouveau programme scolaire présenté la semaine dernière par le gouvernement albertain, on constate l’ajout des concepts de santé et d’hygiène au programme d’éducation physique.

S’il est en faveur d’enseigner ces importants concepts aux jeunes de la maternelle à la 6e année, Glenn Wilson, enseignant d’éducation physique, ne comprend pas pourquoi cela devrait se faire pendant ses cours.

Les concepts de santé et d’hygiène sont aussi importants que l’éducation physique, mais ces concepts devraient être enseignés en salle de classe, croit celui qui enseigne la même matière depuis 28 ans.

Glenn Wilson.

Glenn Wilson, enseignant d'éducation physique à l'École élémentaire Léo Nickerson de St.Albert.

Photo : Radio-Canada

Je suis triste de voir que l’éducation physique sera tellement diluée que son enseignement n’aura plus d’impact sur le succès des élèves.

L’enseignant à l’École élémentaire Léo Nickerson de St.Albert et plusieurs de ses collègues milite depuis des années pour qu’un minimum de 30 minutes d’éducation physique soit offert tous les jours, à tous les élèves du primaire.

Le programme albertain demande plutôt que le temps alloué soit de 90 minutes par semaine.

C’est vrai que le programme actuel avait besoin d’être revu, c’est le propre de tous les programmes en éducation. Cela dit, il n’était pas nécessaire de le mettre à la poubelle pour le remplacer par quelque chose qui n’a fait l’objet d’aucune recherche et qui a été copié d’une page Wikipédia , ajoute l'enseignant.

Spécialiste ou généraliste

En Alberta, très peu d’écoles primaires peuvent compter sur des spécialistes en éducation physique. Dans la plupart des écoles, la matière est enseignée par des généralistes habituellement l’enseignant titulaire de la classe.

Glenn Wilson tente toujours d’aider du mieux qu’il peut ses collègues qui ne sont pas spécialisés comme lui, mais comprend que pour beaucoup d’entre eux, l’enseignement de l’éducation physique représente un défi important.

Certains aspects du nouveau programme seront très difficiles à enseigner par un spécialiste, j’imagine ce que ce sera pour un généraliste.

Une citation de :Glenn Wilson, enseignant d'éducation physique, École élémentaire Léo Nickerson

Une chose est claire, ce programme n’a pas été créé par des spécialistes en éducation physique, c’est impossible! Il a été fait par des gens qui sont tellement déconnectés de ce qui se passe dans une école que cela met en péril tout ce que nous avons accompli depuis 10 ou 15 ans.

Bouger ou apprendre

À quoi servent les cours d’éducation physique à l’école élémentaire? Sont-ils seulement là pour faire bouger les jeunes?

Selon Glenn Wilson, il est important que les jeunes bougent tous les jours, mais pour lui, un cours d’éducation physique ce n’est pas que « bouger pour bouger ».

La littératie physique, ce n’est pas l’apprentissage d’un sport. C’est l’apprentissage des habiletés nécessaires pour réussir dans tous les sports.

Il ajoute que les élèves qui réussissent à bien maîtriser les concepts qui leur sont enseignés entre la maternelle et la 6e année ont tout ce qu’il leur faut pour réussir dans tous les aspects de leur vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !