•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sommet américain sur la pénurie de semi-conducteurs

Gros plan sur une puce électronique.

Des semi-conducteurs sur le circuit imprimé d'une caméra Samsung

Photo : Getty Images / Justin Sullivan

Radio-Canada

Telle une pandémie, la pénurie de semi-conducteurs inquiète plusieurs pays industrialisés, particulièrement les États-Unis, où la production dans plusieurs secteurs est perturbée par le manque de composants électroniques.

Signe de l’importance accordée à cette situation, la Maison-Blanche a annoncé la tenue d’un sommet virtuel lundi avec les dirigeants de 19 groupes américains comme Alphabet, la maison mère de Google, Intel, Ford et General Motors.

Selon la Maison-Blanche, les participants discuteront des mesures visant à renforcer la résilience des chaînes d'approvisionnement américaines pour les semi-conducteurs et d'autres domaines clés.

La pénurie de semi-conducteurs handicape les fabricants d'appareils électroniques, comme les téléphones intelligents, et le secteur automobile.

General Motors et Ford ont dû suspendre à plusieurs reprises leur production en raison de cette pénurie.

Le président Joe Biden avait signé fin février un décret pour faire l’état des lieux des chaînes d'approvisionnement des biens jugés essentiels, dont les semi-conducteurs.

Le renforcement de la fabrication de semi-conducteurs aux États-Unis fait partie du plan d’investissement dans plusieurs secteurs présenté par M. Biden fin mars.

À la même période, Intel avait annoncé la construction de deux usines de semi-conducteurs aux États-Unis.

Cette pénurie a également touché l’industrie automobile au Canada, où des usines ont dû suspendre leur production.

Une question stratégique

Autre signe du caractère stratégique de cette pénurie, l’agence Reuters a rapporté que le gouvernement italien avait empêché le chinois Shenzhen Investment Holdings de prendre une participation majoritaire au capital d'un fabricant milanais d'équipements pour semi-conducteurs.

Selon l’agence, la décision avait été prise par le gouvernement lors d’une réunion le 31 mars dernier.

Le président du Conseil italien, Mario Draghi, a déclaré jeudi soir que l’acquisition a été bloquée.

La pénurie de semi-conducteurs a contraint de nombreux constructeurs automobiles à ralentir leur production l’année dernière. C'est un secteur jugé d'importance stratégique, a déclaré M. Draghi.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !