•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta envisage un assouplissement des restrictions dans les centres de soins

L'intérieur d'un centre de soins de longue durée.

Services de Santé Alberta travaille sur une nouvelle réglementation concernant les centres de soins de longue durée, les résidences pour personnes semi-autonomes et les établissements de soins palliatifs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avant de mettre en place une nouvelle réglementation entourant les centres de soins de longue durée, les résidences pour personnes semi-autonomes et les établissements de soins palliatifs, des médecins de Services de santé Alberta ont tenu à parler aux résidents, aux familles, aux employés et aux gestionnaires de ces établissements lors de deux rencontres virtuelles qui ont rassemblé plus de 2000 personnes.

Si cette discussion a eu lieu, c’est parce que nombreux sont ceux qui ont été vaccinés dans ces établissements, ce qui laisse entrevoir un premier pas vers un retour à une vie plus normale pour cette population qui a énormément souffert de la pandémie, selon Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de la province.

Entre le 13 janvier et le 24 mars derniers, ces établissements ont observé une chute de 97 % du nombre de nouvelles infections.

C’est le seul élément positif dans une période actuellement difficile avec l'augmentation des cas et la présence des variants, affirme la Dre Hinshaw.

Toutefois, la réouverture progressive de ces établissements dépend d’un certain nombre de facteurs, comme le nombre de résidents vaccinés, mais aussi le nombre d’employés vaccinés. Le problème, selon le Dr James Silvius, qui travaille également à Services de santé Alberta (AHS), c’est qu’à ce stade les employés ne sont pas tenus d'informer leur employeur quand il sont vaccinés.

Nous avons des données sur le nombre d’employés de ces établissements qui se font vacciner, mais nous ne savons pas où ils travaillent, précise-t-il.

La mesure qui pourrait améliorer ce problème est la vaccination sur place qui, affirme le Dr Silvius, sera probablement offerte prochainement.

Des familles impatientes

Les médecins ont écouté les témoignages de nombreux membres de familles ayant des proches vivant dans des centres de soins de longue durée. Une des participantes, dont la mère de 86 ans est atteinte de démence et de surdité, notait l’importance de permettre au plus vite plus de contacts pour les personnes concernées.

J'ai l'impression que nous agissons comme si nous avions tout le temps du monde pour ces résidents, mais ce n'est pas le cas, estime-t-elle.

Une autre participante déplore le manque d’activités pour stimuler les résidents. Si les instrumentistes sont acceptés, le Dr Silvius a rappelé que les activités de chant, considérées comme à haut risque, sont toujours bannies.

La Dre Hinshaw a aussi tenu à faire savoir que ses équipes sont en train faire la liste de toutes les activités pouvant rester en place et imposant ainsi aux gestionnaires d'établissements des limites à ne pas dépasser.

Les participants à ces réunions virtuelles devaient auparavant remplir un questionnaire. Les résultats montrent à quel point les avis divergent sur la question des restrictions actuelles, puisque 44 % des répondants pensent que les restrictions devraient rester les mêmes malgré les progrès de la vaccination, 24 % sont d’avis que chaque établissement doit prendre ses propres décisions, et 23 % croient que les restrictions devraient être assouplies à l’échelle de la province, indépendamment des risques.

Si la Dre Hinshaw a dit à plusieurs reprises qu’elle espère pouvoir améliorer la vie des résidents, des familles et des employés, elle ne cache pas que le fait de trouver le juste équilibre entre les différents points de vue afin de rédiger la nouvelle régulation prendra du temps et ne s’attend pas à ce que le document soit prêt avant deux à trois semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !