•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lebel-sur-Quévillon devra emprunter 3 M$ pour rebâtir son garage municipal

Des pompiers luttent contre un incendie.

Le garage municipal a été la proie des flammes en avril 2020. (archives)

Photo : Gracieuseté, Yan Dupuis, chef service incendie

La Ville de Lebel-sur-Quévillon devra s’endetter de plus de 3 millions de dollars pour rebâtir son garage municipal, détruit par un incendie en avril 2020.

Le règlement d’emprunt qui sera adopté à la séance du conseil du 14 avril prévoit un coût total de 4,7 millions de dollars pour cette reconstruction, mais les assurances de la Ville rembourseront seulement 1,7 million de dollars.

Il a fallu négocier longtemps avec les assureurs, qui nous offraient seulement 500 000 $ au début, précise le maire Alain Poirier. On fait partie d’un regroupement d’assurances de l’UMQ et on a appris au cours des derniers mois que, pour la plupart des villes, les bâtiments sont assurés pour leur valeur marchande. Les deux bras nous sont tombés. C’est vraiment problématique et on travaille pour que ça change dans le futur. Ça n’a pas de bon sens, il faut pouvoir avoir une valeur à neuf.

Lebel-sur-Quévillon a évité de justesse un référendum sur la question, alors que 164 demandes en ce sens ont été reçues. Il en aurait fallu 177 pour forcer la tenue d’un scrutin.

Alain Poirier assure que le processus de consultation s’est fait dans les règles, avec l’aval du ministère des Affaires municipales. Il soutient que des informations erronées ont circulé sur les médias sociaux, ce qui a poussé plusieurs citoyens à s’opposer au projet.

On a vu des gens avancer que l’emprunt serait de 6,5 millions de dollars ou même 8 millions de dollars. Ça a biaisé la consultation et on le regrette beaucoup. On dit toujours aux gens de se référer au site de la Ville pour avoir les vrais chiffres et les vraies informations, ajoute Alain Poirier.

incendie d'un bâtiment

Un incendie a ravagé un bâtiment municipal à Lebel-sur-Quévillon.

Photo : Gracieuseté, Yan Dupuis, Chef service incendie

Pour les élus de Lebel-sur-Quévillon, il est primordial de reconstruire un garage municipal, même si la facture s’avère salée.

On n’avait pas d’autre option, avance le maire Poirier. On a loué un petit garage à côté, mais c’est trop petit et désuet, en plus de coûter 10 000 $ par mois. Toutes les villes ont besoin d’un garage municipal pour faire l’entretien et l’entreposage de leur matériel. On a fait des vérifications auprès d’autres villes et la moyenne tourne autour de 5,2 millions de dollars. On va de l’avant et on est à l’aise avec notre décision, parce qu’il nous faut un garage le plus tôt possible. C’est dommage de devoir emprunter, mais nos règlements d’emprunt correspondent juste à 3% de notre budget. On est une ville en santé et on peut le faire.

Les contribuables de Lebel-sur-Quévillon rembourseront cet emprunt sur une période de 25 ans, par le biais d’une taxe spéciale, établie en fonction de leur type d’édifice et leur évaluation foncière.

Alain Poirier estime qu’il est trop tôt pour savoir quel sera l’impact réel sur le compte de taxes. On attend la nouvelle évaluation de l’usine de Nordik Kraft, qui sera en production en 2021. Ça devrait augmenter nos revenus de taxes et ça pourrait compenser en faisant baisser celles des citoyens, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !