•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1400 personnes demandent le maintien du programme d'Études autochtones à Sudbury

Une vingtaine de personnes sont assises sur des chaises en cercle en écoutant l'une d'entre elles parler.

« Les programmes d'Études autochtones ont permis la formation d'étudiants autochtones qui ont accédé à des postes de direction, ce qui améliore la qualité de vie des peuples autochtones », peut-on lire dans une lettre ouverte de l'ACPPU. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Radio-Canada

Plus de 1400 professeurs et membres des communautés autochtones à travers le Canada demandent à l’Université Laurentienne d’assurer la poursuite du programme d’Études autochtones.

Dans une lettre écrite par l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université (ACPPU), les signataires s'inquiètent de la fermeture du programme enseigné à l’Université de Sudbury.

L’Université Laurentienne, dont dépend l’Université de Sudbury pour délivrer ses diplômes, est en processus de restructuration depuis le 1er février. L’établissement postsecondaire fermera plusieurs programmes universitaires.

L’institution a également annoncé le 1er avril son intention de mettre fin aux universités fédérées dès la fin du mois.

Face à l’incertitude de l’avenir du programme d’études autochtones, les signataires lancent un appel aux recteurs de l’Université de Sudbury, John Meehan, et de l'Université Laurentienne, Robert Haché, ainsi qu’au juge de la Cour supérieure responsable de la restructuration de la Laurentienne, Geoffrey B. Morawetz.

La suppression du programme d'Études autochtones de la Laurentienne à Sudbury représenterait un détournement important du mandat triculturel de l'Université Laurentienne et de son engagement envers la Commission de vérité et de réconciliation sur l'éducation autochtone, soutiennent les signataires.

Cela aurait un impact immense sur les communautés autochtones et le Canada et représenterait la première fermeture d'un programme d'études autochtones depuis la création de cette discipline en 1969, peut-on lire dans la lettre ouverte.

Pancarte indiquant Université de Sudbury à l'extérieur devant un bâtiment.

La lettre ouverte souligne la participation du programme d'Études autochtones à la conception des programmes de Travail social autochtone et de la maîtrise en Relations autochtones à l'Université Laurentienne.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Le département d'études autochtones de l'Université de Sudbury est l'un des trois départements fondateurs d'études autochtones en Amérique du Nord, selon l'ACPPU.

La lettre souligne également la contribution du programme d’Études autochtones à la revitalisation de la langue ojibwée.

Pour moi c’est essentiel d’apprendre comme Canadien l’histoire, la vraie histoire de ce monde ici qui existait avant nous, soutient Pandora Topp, une des signataires de la lettre.

L'artiste a suivi des cours en études autochtones à l’Université Laurentienne dans les années 92 et continue encore aujourd’hui d’en prendre.

C’est une des plus vieilles institutions que l’on a ici, il y a tellement d’argent qui est investi dans l’éducation, les communautés autochtones, pourquoi on est en train de détruire ce momentum, là tout de suite? Je suis complètement abasourdie par ces choix-là, témoigne Mme Topp.

L'Université Laurentienne ne s'est pas encore prononcée sur l'avenir de son programme en Études autochtones.

De son côté, l'Université de Sudbury a suggéré la possibilité de créer une université par et pour les Autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !