•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Chaque printemps, les Canadiens sont aux oiseaux

Une oie des neiges en vol.

Melissa Hafting partage sa passion pour l'observation d'oiseaux avec cette photo d'une petite oie des neiges.

Photo : Radio-Canada / Melissa Hafting

Radio-Canada

Le printemps est la saison durant laquelle beaucoup d’espèces d’oiseaux reviennent au pays… à la grande joie des Canadiens après les longs mois d’hiver.

Le retour des oiseaux migrateurs

Chaque printemps, les oiseaux migrateurs ont pris l’habitude de fréquenter les berges du Saint-Laurent.

Une citation de :Michel Viens

Montréal ce soir, 15 avril 1998

Le 15 avril 1998, la journaliste Line Pagé présente un reportage au Montréal ce soir qu’anime Michel Viens.

Elle s’est rendue sur les rives sud et nord du fleuve Saint-Laurent, plus précisément à Baie-du-Febvre, entre Nicolet et Sorel, de même qu’à Saint-Barthélemy, dans la région de Lanaudière, pour observer le passage des oiseaux migrateurs.

En 1998, il n’y avait pas très longtemps que Baie-du-Febvre était devenue une grande étape dans la migration des oies blanches.

Longue de 7000 kilomètres, la migration des oies blanches les amène dès la fin mars de leur lieu d’hivernage, les États américains des Carolines, au Grand Nord canadien pour y passer l’été.

Ce voyage est épuisant.

Les oies blanches se rassemblent donc à Baie-du-Febvre pour se nourrir des restes de maïs de la récolte de l’automne précédent.

Les volées d’oiseaux immaculés qu’on peut y observer font les délices des ornithologues.

Comme le souligne Christian Hart, du centre d’interprétation de la Baie-du-Febvre, le maïs, céréale très nourrissante, permet aux oies blanches d’améliorer leurs chances de survie et de reproduction.

La halte à Baie-du-Febvre est aussi l’occasion de se trouver un ou une partenaire.

C’est une recherche sérieuse, car les oies blanches forment des couples qui demeurent ensemble jusqu’à la mort, dit-on.

À Saint-Barthélemy, ce sont plutôt les canards barboteurs et les bernaches du Canada que les ornithologues auront le loisir d’observer.

Ils y constituent un groupe de migrateurs diversifié.

Comme à Baie-du-Febvre, les oiseaux choisissent de se rassembler à Saint-Barthélemy parce qu’ils y trouvent amplement à manger.

Dans ce coin de pays, les agriculteurs cultivent plusieurs types de céréales, dont le sarrasin.

Cette céréale est la nourriture de prédilection des canards; c'est ce qui explique qu’historiquement Saint-Barthélemy est une zone d’arrêt pour les oiseaux migrateurs.

Quelques trucs pour les nichoirs d'oiseaux

Plusieurs espèces d’oiseaux nichent et se reproduisent dans nos campagnes et dans nos villes.

Beaucoup de Canadiens souhaitent les accueillir en leur construisant des nichoirs pour qu’ils s’y abritent et aient leurs oisillons.

Mais quel type de nichoir est adapté à telle espèce d’oiseau?

La semaine verte, 12 mars 1995

C’est à cette question que l’agronome Danielle Dagenais répond, dans un reportage du journaliste Yvon Leblanc et du réalisateur André Forté pour La semaine verte diffusé le 12 mars 1995.

Pascale Tremblay anime l'émission.

D’abord, il faut savoir que ce ne sont pas tous les oiseaux qui adoptent des nichoirs construits par une main humaine.

Oubliez par exemple les cardinaux ou encore les chardonnerets, qui préfèrent des endroits à ciel ouvert.

Par contre, en mars ou en avril, les hirondelles bicolores, les sittelles, les mésanges ou encore les pics pourraient être attirés par des nichoirs bricolés par les humains et placés plein sud.

En mai, ce sera le temps d’installer les nichoirs en forme de gourde pour les hirondelles noires.

Un élément important est la taille de l’entrée dans le nichoir.

Il ne faut pas percer un trop gros orifice qui laisserait entrer les moineaux et les étourneaux sansonnets aux dépens d’autres espèces.

Un intérieur brillant découragera aussi les étourneaux à s’établir dans votre nichoir à oiseaux.

N’oubliez pas non plus un trou d’aération pour permettre aux oiseaux de mieux respirer.

Un autre détail important est de ne pas trop mettre d’insecticides si vous installez des nichoirs près de vos maisons.

Les oiseaux insectivores devraient faire le travail.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.