•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l’énergie éolienne alimentera la communauté de Sanikiluaq, au Nunavut

Une rue enneigée de Sanikiluaq.

Sanikiluaq est une communauté du Nunavut de près de 900 habitants située sur les îles Belcher, dans le sud de la baie d’Hudson.

Photo : Photo fournie par Isabelle Beauregard

La communauté la plus méridionale du Nunavut, Sanikiluaq, pourra compter sur 10 éoliennes à compter de 2023. La Municipalité compte ainsi réduire de plus de 50 % sa consommation de diesel.

Ce type de technologies permet de réduire sur plusieurs fronts la dépendance aux énergies fossiles tout en créant des occasions d’affaires à l’échelle locale, soutient le directeur du développement de projets et de partenariats à la Société de développement entrepreneurial Qikiqtaaluk, Sheldon Nimchuk.

La Société, qui est une sous-branche de l’Association inuit de Qikiqtani, pilote ce projet avec la Municipalité de Sanikiluaq et l’entreprise Nunavut Nukkiksautiit.

Nous avons hâte que ce projet aboutisse, explique au bout du fil le maire de Sanikiluaq, Johnnie Cookie.

Réduction de la dépendance au diesel

Les 10 éoliennes doivent produire plus de 4 gigawattheures (GWh) par an d'électricité, ce qui doit réduire considérablement la consommation de diesel.

Ça va aussi permettre de réduire la facture en électricité, affirme Johnnie Cookie.

Au Nunavut, la plus grande partie de l’électricité est produite à partir de diesel importé sur des navires de ravitaillement durant l’été, puis entreposé pour être utilisé durant l’année.

Selon la Régie de l’énergie du Canada, le territoire consomme environ 55 millions de litres de diesel par an pour produire de l’électricité.

Un réservoir de diesel à Iqaluit, au Nunavut.

Un réservoir de diesel à Iqaluit, au Nunavut.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Pour s’assurer de la viabilité du projet énergétique, la communauté a observé pendant trois ans la puissance des vents grâce à un mât de mesure du vent. Les résultats recueillis ont démontré que Sanikiluaq était une candidate idéale pour s’alimenter en énergie éolienne.

Une série de consultations publiques ont été organisées pour déterminer l’emplacement idéal des éoliennes, en fonction notamment des secteurs privilégiés pour la chasse.

Les éoliennes [seront] situées à environ 4 kilomètres de la piste d’atterrissage, précise le maire de Sanikiluaq.

Un mât de mesure du vent est installé au sommet d'un rocher.

En 2017, un mât de mesure du vent a commencé à collecter des données.

Photo : Photo fournie par Sheldon Nimchuk

Création d’emplois

Sheldon Nimchuk indique que le projet nécessitera la construction, dès 2022, d’une route vers l’extérieur de la communauté. Les éoliennes seront ensuite acheminées au printemps de 2023 sur des navires de ravitaillement et devraient être fonctionnelles au courant de l’automne suivant.

La phase de construction permettra sans aucun doute la création d’emplois, que ce soit pour la construction de la route, de la ligne de transport [d’énergie] ou l’installation des éoliennes elles-mêmes, dit-il. À long terme, il ajoute que des techniciens et des superviseurs seront aussi recrutés localement.

En 2020, le gouvernement fédéral a octroyé une somme de 6,5 millions à la Société de développement entrepreneurial Qikiqtaaluk pour ce projet dont le coût total s’élève à 13 millions de dollars.

Avec les informations de Sara Minogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !