•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le F.-A.-Gauthier perd encore de l'huile malgré des réparations de près de 3 M$

Le traversier F.-A.-Gauthier, au quai de Matane.

Le problème de fuite d'huile du système de propulsion du F.-A.-Gauthier n'a pas été complètement réglé malgré des travaux en cale sèche au cours des derniers mois.

Photo : Radio-Canada

Même s'il s'agit d'une quantité infime, le traversier F.-A.-Gauthier perd encore de l'huile en mer. Pourtant, le navire sort à peine du chantier Davie, à Lévis, où le fabricant des propulseurs devait régler définitivement ce problème.

La Société des traversiers du Québec (STQ) n'a pas voulu nous accorder d'entrevue, mais a confirmé que le système de propulsion a laissé s'écouler une petite quantité d'huile lors de la traversée de lundi entre la Côte-Nord et Matane.

Une quantité négligeable, tient à préciser la STQ. N'empêche, il s'agit d'une situation anormale.

Selon nos informations, la fuite pourrait être attribuable à un mauvais calibrage de la pression d'air dans le système de propulsion. Il s'agit en tout cas de l'une des pistes étudiées par l'armateur.

Chose certaine, ce problème est lié à la défectuosité d'un joint d'étanchéité survenu en novembre dernier et qui avait entraîné la mise hors service du navire pendant quatre mois.

Le désormais célèbre bateau, qui était de retour après des semaines de travaux, a tout juste eu le temps d'effectuer quelques traversées depuis le début d'avril avant que l'équipage ne constate de nouveau une perte d'huile en mer.

Un navire pourtant tout juste réparé

Nos sources convergent toutes dans la même direction : la STQ est très insatisfaite des réparations effectuées en cale sèche il y a à peine quelques semaines par Steerprop, le fabricant des propulseurs.

Ces travaux, qui consistaient à remplacer des pièces usées prématurément, ont coûté 2,8 millions de dollars aux contribuables québécois. À cela s'ajoutent 740 000 $ pour la location d'un brise-glace pour assister le Saaremaa 1 venu en relève.

Une somme qui s'ajoute à au moins 60 millions de dollars en coûts imprévus depuis la mise en service du traversier il y a à peine six ans.

Une équipe américaine du constructeur finlandais était de retour à Matane au cours des derniers jours pour tenter de comprendre pourquoi le problème n'est toujours pas réglé. On ignore qui va payer cette nouvelle facture.

Le F.-A.-Gauthier et le Saaremaa au quai de Matane.

Le Saaremaa assure la relève du F.-A.-Gauthier lors de ses nombreux arrêts (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

La grande question reste de savoir quand le F.-A.-Gauthier sera définitivement réparé et pourra reprendre du service. La STQ n'est pas en mesure de fournir un quelconque échéancier.

Par contre, on nous précise que les réparations devraient avoir lieu à Matane.

Des sources nous indiquent aussi qu'un type d'huile moins polluant pourrait être utilisé lors d'éventuels tests en mer.

En attendant, le Saaremaa 1 demeurera en service entre les deux rives. Il n'y aura donc aucune interruption de service.

En service moins du tiers du temps seulement

Depuis le 1er janvier 2019, le F.-A.-Gauthier n'a pris la mer entre la Gaspésie et la Côte-Nord que 30 % du temps, soit 250 jours sur près de 860.

Ces jours comprennent ceux passés en cale sèche, pour l'arrêt réglementaire, l'automne dernier.

D'importantes lacunes lors de la construction du navire pourraient expliquer les interminables problèmes du F.-A.-Gauthier depuis sa mise en service en 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !