•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'Ontario dit aux hôpitaux de reporter toute opération non urgente

Un respirateur près d'un lit d'hôpital.

Le nombre de patients infectés par la COVID-19 traités aux soins intensifs en Ontario dépasse déjà largement le sommet de la 2e vague.

Photo : Reuters / Axel Heimken

Radio-Canada

Alors que le nombre de patients infectés par la COVID-19 qui sont traités aux soins intensifs atteint un sommet en Ontario, la province demande aux hôpitaux de cesser à partir de lundi de faire des opérations chirurgicales non essentielles.

Dans une lettre envoyée aux dirigeants d'hôpitaux, le président de l'agence provinciale Santé Ontario, Matthew Anderson, souligne que la transmission communautaire du virus est « répandue » dans de nombreuses régions de la province et, ce faisant, que la pression sur les unités de soins intensifs est devenue « extrême ».

Selon le bilan de vendredi, l'Ontario avait 552 patients aux soins intensifs, soit plus de 130 patients de plus qu'au sommet de la deuxième vague.

Nous donnons la consigne aux hôpitaux de suspendre toutes les opérations et autres activités non urgentes afin de préserver la capacité aux soins intensifs et en ressources humaines.

Une citation de :Santé Ontario

L'agence provinciale indique que les hôpitaux peuvent profiter du week-end pour contacter les patients dont l'acte médical est touché par cette directive, qui est en vigueur jusqu'à nouvel ordre.

Parmi les chirurgies qui seront retardées : remplacement de la hanche et du genou.

Santé Ontario ajoute que les hôpitaux devraient se préparer à la possibilité d'avoir à partager certains de leurs employés avec d'autres établissements aux besoins plus criants. Déjà, nombre de patients du Grand Toronto ont été transférés vers des hôpitaux ailleurs dans la province, y compris à Kingston, en raison de l'engorgement des hôpitaux torontois.

Ces consignes ne touchent pas le Nord de l'Ontario pour l'instant ni les hôpitaux pour enfants, qui pourraient toutefois être appelés en renfort si besoin est. L'hôpital SickKids à Toronto a commencé à accueillir des patients dans une petite unité spéciale de soins intensifs pour adultes.

Il s'agit de moments très difficiles pour tous les Ontariens, affirme M. Anderson. Nous comprenons que le report de soins aigus qui étaient planifiés aura un impact sur les patients ainsi que leur famille et leurs proches aidants.

L'Association médicale de l'Ontario, qui représente les médecins de la province, appuie la mesure. Il s'agit d'une étape nécessaire, malheureusement, pour réduire la mortalité liée à la COVID-19, indique l'Association dans un communiqué.

Je suis attristée de voir qu'on en est rendu à nouveau à reporter les soins aux [autres] patients qui attendent déjà depuis trop longtemps, mais l'objectif est de s'assurer que personne ne meure [de la COVID] à cause d'un manque de ressources en soins intensifs.

Une citation de :Dre Samantha Hill, présidente de l'Association médicale de l'Ontario

En mars 2020, la province avait aussi demandé aux hôpitaux de sabrer les opérations non urgentes pour faire place aux patients infectés par le coronavirus alors que la première vague battait son plein en Ontario.

Selon un rapport publié en mars dernier, plus de 353 000 opérations et actes médicaux avaient été reportés ou annulés au Canada depuis le début de la pandémie. En Ontario, plus de 245 000 actes médicaux ont été retardés, selon le dernier bilan provincial.

Pour éviter une pénurie de lits

L'Ontario a environ 2000 lits dans ses unités de soins intensifs.

En moyenne, de 1200 à 1400 de ces lits sont remplis par des patients ayant des blessures ou de graves problèmes de santé, ce qui laisse de 600 à 800 places à ceux qui sont infectés par la COVID-19.

Or, des projections de modélisation d'experts provinciaux font état de 600 patients infectés par le coronavirus nécessitant des soins intensifs d'ici la mi-avril et de 800 avant la fin du mois, si la tendance actuelle se maintient.

Pour nous occuper des types de patients que nous allons avoir au cours des prochaines semaines, nous devons générer plus de capacité, explique le Dr Chris Simpson, vice-président administratif des services médicaux à Santé Ontario.

Le président du réseau hospitalier Sinai Health à Toronto, le Dr Gary Newton, indique lui aussi dans un message aux employés que le nombre de patients nécessitant des soins intensifs est en train de dépasser malheureusement notre capacité, sans parler des patients provenant d'autres établissements.

Je vous demande de faire cet effort extraordinaire en raison de la situation précaire [dans laquelle se trouvent les hôpitaux qui nous envoient des patients]. Même si c'est difficile, nous devons continuer à jouer ce rôle.

Avec des renseignements fournis par Mike Crawley, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !