•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création d'une nouvelle aire protégée au nord de la Colombie-Britannique

Deux personnes marchent avec leur sac à dos le long d'une montagne.

La zone protégée trouve sur un territoire revendiqué par la Nation Tahltan et situé à côté du parc provincial du Mont Edziza.

Photo : BC Park

Radio-Canada

Les gouvernements de la Colombie-Britannique, du Canada et de la Nation Tahltan ont travaillé de pair afin de mettre sur pied une nouvelle aire de conservation dans le nord-ouest de la province sur des terres autochtones sacrées.

L’espace, qui s’étend sur 35 kilomètres carrés, se situe le long du parc provincial du Mont Edziza à 500 kilomètres au nord de Terrace.

La mise en place de cette aire protégée constitue un premier pas dans le plan d’intendance de la terre pour la Nation Tahltan qui vise à renforcer leur autodétermination.

La nation souhaite d’ailleurs renommer l’endroit, historiquement connu comme Ice Mountain Lands, avec un nom qui reflète davantage l’héritage autochtone de l’endroit, indique un communiqué.

Certaines activités économiques ayant un impact faible pourront continuer de prendre place dans cette zone, mais l’exploitation forestière, minière et la plupart des barrages hydroélectriques, à l’exception des barrages à petite échelle, y seront interdits.

L’entreprise minière Skeena Resources Ltd, qui faisait partie des négociations pour la création d’aires de protection, a indiqué soutenir la Nation Tahltan. Ce faisant, elle leur retournera toutes les tenures minières qui se trouvent sur la portion de terre revendiquée.

Le président-directeur général de l’entreprise, Walter Coles, assure que son entreprise a compris l’importance culturelle de la région, notamment à la suite de discussions ouvertes et respectueuses avec les chefs.

Le partenariat entre les différents gouvernements ainsi qu’avec l’entreprise Skeena Ressources, la fondation des parcs provinciaux et l’organisme Conservation de la nature Canada permet de protéger la terre et d’entretenir des relations à long terme entre les communautés autochtones et les entreprises minières, souligne le ministre de l’Énergie, Bruce Ralston.

Le président du gouvernement central Tahltan, Chad Norma Day, est quant à lui soulagé et ravi qu’un tel projet puisse protéger la région pour les générations futures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !