•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création d’une nouvelle agence de développement régional des Prairies

Mélanie Joly prend la partole, debout, devant la Chambre des députés.

La ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, déclare qu'il est nécessaire d'agir dans les Prairies.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

En amont du budget fédéral, Ottawa annonce la création d’une nouvelle agence de développement économique pour les trois provinces des Prairies et une entité distincte pour la Colombie-Britannique.

Ces deux nouvelles agences remplaceront Diversification de l'économie de l'ouest du Canada, qui existe depuis la fin des années 1980. Le monde a changé, il faut s’adapter, affirme Mélanie Joly, la ministre du Développement économique et des Langues officielles.

Elle souligne que la région des Prairies a connu une explosion démographique et une vaste croissance économique depuis les années 1980 et qu’il était temps de créer une entité mieux adaptée aux besoins de la région.

Ceux-ci sont devenus encore plus prononcés au cours de la pandémie, selon la ministre. Le gouvernement du Canada reconnaît que les Prairies font face à d’immenses défis, ainsi que le fait que le secteur des ressources naturelles est directement affecté par la baisse du prix du pétrole, ce qui se répercute sur l’emploi, l’économie. Bref, il y a nécessité d’agir, fait-elle valoir.

Durant la pandémie […] on s’est rendu compte que le fait qu’on soit moins présent sur le terrain devenait une barrière pour les entrepreneurs qui avaient besoin de ressources, ajoute Mélanie Joly.

Ainsi, l’un des objectifs de la nouvelle agence pour les Prairies sera d’augmenter la présence sur le terrain de ressources pour les entrepreneurs et les autres agences de développement économique.

Le tout a pour but de créer des emplois. L’économie verte jouera un rôle important, note la ministre, qu’il s’agisse d’investissements en décarbonisation ou du transfert d’expertise en ressources naturelles vers le secteur de l’énergie verte.

Plus de détails divulgués le 19 avril

Mélanie Joly souhaite aussi miser sur la transformation d’aliments, tels que le canola ou les lentilles, produits dans les Prairies.

Des détails supplémentaires, notamment en matière des ressources qui seront accordées à cette agence, seront fournis dans le budget fédéral qui doit être dévoilé le 19 avril.

Selon la Fédération canadienne des municipalités (FCM), l’effet de la création de cette nouvelle agence dépendra du financement qui lui sera octroyé.

À l’approche du budget 2021, la FCM a entre autres recommandé de maximiser l’impact des nouvelles agences de développement régional. Cela implique d’augmenter le budget qui leur est alloué d’au moins 600 millions de dollars sur trois ans, de consulter la FCM et l’[Équipe spéciale sur les solutions économiques de l’Ouest] sur le fonctionnement de ces agences et d’assurer la continuité de la prestation des programmes offerts, indique Scott Pearce, le 3e vice-président de la FCM.

« Attention aux doublons! »

Il sera également important d’évaluer les besoins régionaux dans la perspective d’une transition vers la carboneutralité d’ici 2050, ajoute-t-il.

De son côté, le directeur général de l’Association des municipalités bilingues du Manitoba (AMBM) accueille favorablement encore plus d’investissements en matière de développement économique dans les collectivités francophones et bilingues, au Manitoba, et dans l’Ouest canadien.

Cependant, poursuit-il, nous ne voulons pas voir un dédoublement de l’offre de services et du travail effectué par [Diversification de l'économie de l'Ouest] auprès de ses multiples partenaires, y compris notre filiale, le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !