•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle formation pour les éducatrices en garderie au Collège Laflèche

Des enfants lèvent les bras en chantant.

D’ici cinq ans, 400 éducatrices partiront à la retraite.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une nouvelle attestation d’études collégiales (AEC) en éducation à l’enfance en alternance travail-études sera offerte dès septembre au Collège Laflèche. Celle-ci vise à attirer plus d’éducatrices sur les bancs d’école mais également à les rendre disponibles rapidement pour les garderies qui en ont besoin.

Les étudiantes passeront deux journées par semaine dans un milieu de garde pendant leur formation de 58 semaines. Le vice-président du Regroupement des centres de la petite enfance (CPE) de la Mauricie-Centre-du-Québec et directeur général du CPE Les Petits Collégiens estime que leur arrivée permettra aux éducatrices en place d’avoir du repos.

L’objectif, les éducatrices qui ont retardé leurs vacances, qui ont pris du temps, elles vont pouvoir récupérer le temps qu’elles ont donné aux enfants, affirme Pierre-Philippe Foucher. Il ajoute que les nouvelles éducatrices pourront apporter leur soutien dans tout le réseau de garde de la région.

Des besoins criants

D’ici cinq ans, le regroupement estime que 400 éducatrices partiront à la retraite. Le réseau collégial offre 200 places de formation par année dans la région. Or, seulement un tiers de ces places sont prises par des étudiantes. Le directeur général du Collège Laflèche estime que la situation pourrait se résorber au cours des prochaines années alors que la population en âge d’aller au cégep augmentera dans la région.

Des mesures comme celles-là vont aider pendant les années difficiles. Par la suite, j’ai bon espoir qu’on redémarre deux cohortes par année au DEC, explique Luc Pellerin. Depuis quelques années, seulement une cohorte de 20 étudiantes par année est ouverte au Collège Laflèche.

Si les 35 places sont prises dans le nouveau programme d’AEC, il serait possible qu’une deuxième cohorte soit ouverte.

Plusieurs avantages pour les étudiantes

Québec accorde plus de 780 000$ pour la mise en place de cette formation. Les étudiantes bénéficieront d’une bourse de 15 000$ en plus d’avoir leurs frais scolaires pris en charge. De plus, les milieux de garde qui les recevront leur donneront un salaire pour six heures de travail par semaine.

Le ministre du Travail Jean Boulet assure que d’autres annonces semblables seront faites au cours des prochaines semaines. Les régions de la Côte-Nord et de la Montérégie avaient déjà reçu leur enveloppe pour des formations semblables.

Avec les information de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !