•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau programme scolaire albertain : les enseignants sont insatisfaits, selon l'ATA

Un enfant lève le doigt dans une salle de classe.

Le nouveau programme scolaire albertain pour la maternelle à la 6e année suscite la controverse depuis plusieurs mois.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Les résultats préliminaires d’une consultation de l’Association des enseignants de l’Alberta (ATA) auprès de ses membres révèlent que 91 % des répondants sont insatisfaits de l'ébauche du nouveau programme scolaire élaboré par le gouvernement albertain pour les élèves de la maternelle à la 6e année.

Selon l’ATA, 90 % des enseignants du primaire qui ont participé à la consultation n'aiment pas l’idée d’enseigner le nouveau programme, tandis que 95 % des directions d'écoles consultées hésitent à en faire l'éloge dans leur école et au sein de leur communauté.

Cela démontre que les enseignants ne croient pas au succès du programme à l’automne. Il doit donc être examiné, car nous ne voulons pas introduire quelque chose qui est voué à l'échec dans nos écoles, explique le président de l’ATA, Jason Schilling.

Il ajoute que l’ATA a toujours été consultée pour la création de nouveaux programmes scolaires, mais que cela n’a pas été le cas pour le programme du gouvernement de Jason Kenney.

Nous avons lancé ce questionnaire parce que nous n’avons pas participé au processus. Il était donc important de savoir ce que nos membres pensent de ce programme, explique-t-il.

[Le gouvernement] est allé de l’avant sans la contribution des enseignants, qui sont experts en programmes scolaires, qui sont dans les classes et qui peuvent dire ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Une citation de :Jason Schilling, président, ATA

La province se défend

Le questionnaire en ligne s’adresse à tous les enseignants et membres des directions d'écoles faisant partie du système d’éducation publique de l’Alberta.

Il comprend des questions à choix multiples ainsi que des questions à développement où les participants sont invités à expliquer leur point de vue.

Selon l’ATA, la majorité des répondants jugent que le contenu du programme n’est pas adapté à l’âge et aux stades de développement des élèves. Ils considèrent également que sa structure n'est pas logique.

Questionné par l’opposition officielle sur les résultats de la consultation de l'ATA à la période de questions de l'Assemblée législative jeudi, le premier ministre albertain, Jason Kenney, a défendu le programme mis au point par son gouvernement.

Nous avons créé un programme en consultant beaucoup de gens, dont des enseignants. Nous ferons des modifications en nous basant sur des critiques constructives, a-t-il déclaré.

Le gouvernement albertain a rassemblé plus de 100 enseignants de l’Alberta, dont beaucoup sont membres du syndicat des enseignants, afin qu’ils révisent l’ébauche du programme et donnent leurs commentaires en fonction de leur expérience en classe, affirme l’attachée de presse par intérim du ministère de l’Éducation, Charlotte Taillon, dans une déclaration par courriel.

Les commentaires recueillis durant la phase de pilotage seront essentiels afin de guider les changements qui seront apportés à l’ébauche du programme avant qu’il ne soit complètement mis en œuvre. Nous encourageons autant d’Albertains que possible, incluant les enseignants, à examiner le programme par eux-mêmes et à faire part de leurs commentaires à alberta.ca/curriculum (Nouvelle fenêtre), ajoute-t-elle.

Plus de 3500 répondants

Plus de 3500 enseignants, dont des directeurs d'écoles ont répondu au questionnaire de l'ATA entre le 29 mars et le 7 avril 2021.

L’ATA compte 46 000 membres. Elle affirme que les répondants constituent un échantillon représentatif de ceux qui enseignent dans les écoles élémentaires de la province.

Avec les informations de François Joly

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !