•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MR de Sainte-Anne veut agrandir son bassin d'épuration pour continuer de croître

L'entrée du village de Saint-Anne au Manitoba.

Le projet va coûter plusieurs millions de dollars.

Photo : Radio-Canada

La Municipalité rurale de Sainte-Anne a besoin d'agrandir son bassin d’épuration. Le projet est essentiel pour assurer son expansion future.

En mars, le conseil de la municipalité rurale de Sainte-Anne a approuvé l’acquisition d’environ 16 hectares (Nouvelle fenêtre) (40 acres) de terres pour permettre l’agrandissement du bassin d’épuration, aussi appelé lagune. Le coût de cet achat est de 757 400 $.

Jeudi, des consultations publiques concernant le projet devaient avoir lieu. Néanmoins, lors de la rencontre diffusée sur YouTube, les élus ont dit n’avoir reçu aucune demande d’intervention verbale ou écrite. Les audiences publiques ont été conclues en moins de 10 minutes.

Un coût estimé à plus de 2 millions de dollars

Pourtant, le projet d’agrandissement est conséquent, avec un coût estimé à plus de 2 millions de dollars, selon des documents publics accessibles sur le site de la municipalité (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Selon l’avis d’audience publique, l’agrandissement en lui-même coûterait 1,6 million de dollars auxquels s'ajoutent des frais d’ingénierie et de contingentement, atteignant au total 2 millions de dollars. Néanmoins, cette somme ne prend pas en compte l’achat des terrains nécessaires au processus.

Pour le financer, la municipalité a obtenu une subvention de 1 million de dollars de la province dans le cadre de son programme de relance économique.

Les élus envisagent de contracter un emprunt de 1 million de dollars sur 15 ans pour compléter le financement du projet.

Un projet novateur qui s’inspire de Saint-Pierre-Jolys et de La Broquerie

La municipalité rurale de Sainte-Anne fait face au même problème que plusieurs municipalités francophones dans le sud de la province qui ont beaucoup grossi au cours des dernières années.

La Broquerie et Saint-Pierre-Jolys, par exemple, ont aussi dû agrandir leur bassin d’épuration afin de ne pas entraver leur développement et accueillir toujours plus d’habitants.

Le projet de la municipalité rurale de Sainte-Anne, entamé il y a environ six ans, s’inspire d’ailleurs de ce qui a été fait à Saint-Pierre-Jolys et à La Broquerie. Un système de filtration spécial conçu avec des quenouilles permettra d’absorber certains produits chimiques, dont le phosphore, purifiant ainsi le bassin d’épuration.

Le but est d’éviter que ce type de produit chimique ne se déverse ensuite dans les rivières, qui coulent toutes en direction du lac Winnipeg, déjà très pollué.

Les travaux devraient commencer au cours des prochains mois et durer environ deux ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !