•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rénovations majeures pour le Centre des sciences de l’Atlantique

Ginette Petitpas-Taylor et Dominic LeBlanc retirent un toile blanche cachant une pancarte du concept.

La députée de Moncton-Riverview-Dieppe, Ginette Petitpas-Taylor, et le ministre des Affaires intergouvernementales et député de Beauséjour, Dominic LeBlanc, dévoile le concept du centre.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Frédéric Cammarano

Le Centre des sciences de l’Atlantique, qui se trouve à Moncton, aura une nouvelle annexe et le bâtiment actuel sera rénové. Le gouvernement fédéral estime que ce projet coûtera 700 millions de dollars et qu’il devrait être terminé en 2030.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, n’a pas caché sa joie lors de la conférence de presse, assurant à plusieurs reprises qu’il s'agit du plus important investissement jamais [vu] en infrastructure fédérale au Nouveau-Brunswick à l'exception du pont de la Confédération.

Il explique le coût élevé du projet par la volonté de préserver la valeur patrimoniale du bâtiment.

L'importance, c'est de conserver l'enveloppe de l'actuel édifice. Alors, l'aspect historique, les pierres, les fenêtres, tout cela va être protégé , explique le ministre en soulignant que le bâtiment abritait autrefois le collège Notre-Dame de l’Acadie et qui sert maintenant de bureaux à Pêches et Océans Canada.

Une maquette virtuelle du bâtiment actuel et de la nouvelle annexe.

Le plan du Centre d'entreprise des sciences de l'Atlantique

Photo : Courtoisie de Pêche et Océans Canada

Un « campus scientifique »

Une fois terminé, le centre regroupera des équipes de Pêches et Océans Canada, d'Environnement et de Changement climatique Canada, de l'Agence canadienne d'inspection des aliments et du Conseil national de recherches du Canada.

Le centre a pour but de faciliter la collaboration entre plusieurs secteurs scientifiques. Dominic LeBlanc espère aussi voir des partenariats avec les experts en santé du CHU Dr-Georges-L.-Dumont qui se trouve de l'autre côté de la rue. Il espère créer un campus scientifique.

L'Agence spatiale canadienne participera également à certains projets du centre, ce qu'elle a déjà commencé à faire. Avec Transport Canada et quelques partenaires privés, l’agence étudie de nouveaux procédés pour détecter des baleines noires.

Le nombre d’employés devrait doubler

Plus de 350 personnes travaillent au centre en ce moment. Une fois le projet complété, ce seront quelque 700 personnes qui y travailleront.

Pour moi, c'est un investissement dans une génération de nouveaux scientifiques, de nouvelles capacités qu'on sera en mesure de faire , affirme Matthew Hardy, directeur régional des sciences chez Pêches et Océans Canada.

Matthew Hardy en complet et souriant

Matthew Hardy, le directeur régional des sciences de Pêches et Océans Canada

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Les premiers laboratoires devraient être complétés en 2026 et le projet au complet devrait être terminé en 2030.

Le gouvernement fédéral a lancé deux appels d'offres pour trouver une compagnie en architecture et en génie et une autre en gestion de travaux de construction.

Les appels d'offres prennent fin en mai et en juin. Les travaux devraient quant à eux débuter en 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !