•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus du nord-ouest dénoncent la gestion de la pandémie du gouvernement

Paysage d'hiver à Edmundston et fumée d'une usine au loin.

Dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, des élus s'impatientent devant la gestion de la crise par le gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Des élus du nord-ouest du Nouveau-Brunswick déplorent le manque de communication du gouvernement de Blaine Higgs par rapport à la pandémie, qui frappe durement la zone 4.

Dans une lettre adressée au premier ministre mercredi soir, le député libéral d’Edmundston-Madawaska-Centre, Jean-Claude D’Amours, accuse le gouvernement actuel de manquer de transparence par rapport à la situation.

Il dit avoir reçu des centaines de messages de la part de résidents inquiets qui ne demandent qu’à être rassurés.

Au cours des dernières semaines, on a vraiment pu voir les conférences de presse s’étirer et clairement il y avait un relâchement à ce niveau-là, avance Jean-Claude D’Amours.

Jean-Claude D'Amours répond à une question à la sortie de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick le 22 mars 2019.

Jean-Claude D'Amours, député libéral d'Edmundston-Madawaska-Centre, voudrait que le gouvernement s'adresse à la population de façon plus régulière.

Photo : Radio-Canada

C’était peut-être parce que ces temps ici on était dans le long week-end de Pâques, mais le virus lui, il ne prend pas de vacances.

Une citation de :Jean-Claude D’Amours, député Edmundston-Madawaska-Centre

Huit jours se sont écoulés entre les deux dernières mises à jour publiques du gouvernement.

Monsieur D’Amours dit être heureux de savoir que les dirigeants se soient adressé aux médias jeudi, mais il espère que les conférences de presse reprendront un rythme plus régulier.

J’ai été obligé d’intervenir comme une semaine et demie passée, parce qu’il n’y avait absolument rien qui se passait pour notre région, ajoute le député libéral.

Un manque d'empathie

Le fait de ne pas avoir de conférence de presse de la part du gouvernement démontre quand même un manque de transparence [...] puis avec, tout récemment, un décès… je dirais aussi un grand manque d’empathie.

La députée Madawaska-les-Lacs-Edmundston abonde dans le même sens.

Francine Landry ne cache pas ses inquiétudes par rapport à la situation actuelle dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Elle a été touchée par la mort de Luc Bélanger, un homme de 38 ans, emporté par la COVID-19 cette semaine. Il s'agissait de la plus jeune victime de la maladie à ce jour dans la province.

Quand j’ai appris le décès de ce jeune homme-là, j’ai eu à revivre la même chose que ma famille a vécue il y a deux mois, dit-elle en faisant allusion au décès de son père, aussi emporté par la COVID-19.

La députée libérale de Francine Landry.

La députée libérale de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston, Francine Landry, est ébranlée par la hausse du nombre de cas dans le Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Francine Landry implore le gouvernement de tenir les gens informés des développements et ajoute que les résidents du nord-ouest demandent à être rassurés.

Un retour à l'école angoissant

Elle croit qu’il est d’autant plus angoissant ces jours-ci de voir de jeunes familles touchées par le virus.

En voyant les variants faire leur apparition puis toucher de jeunes familles, c’est sûr que la question de l’école vient en tête immédiatement, dit-elle.

Les gens ont bien vu que [la pandémie] c’est très réel, ça ne touche pas juste les personnes âgées. On sent que l’anxiété monte chez la population.

Une citation de :Francine Landry, députée Madawaska-les-Lacs-Edmundston
Le message « Courage! Nous sommes avec vous! » sur un tableau d'affichage devant l'école.

Plusieurs écoles qui ont fermé en raison de cas de COVID-19 ont pu rouvrir leurs portes cette semaine, mais les jeunes du secondaire continueront à aller à l'école un jour sur deux.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Mais le District scolaire francophone du Nord-Ouest est catégorique : les jeunes retourneront à l’école, sauf avis contraire de la santé publique.

Amoindrir l'impact économique

Lise Ouellette, candidate à la mairie d’Edmundston, a demandé jeudi à la province et au gouvernement fédéral de prévoir une aide économique d’urgence pour la zone 4.

Une femme avec les cheveux bruns et un veston photographié de près.

Lise Ouellette estime que sa région est plus touchée d'un point de vue économique par la pandémie.

Photo : Capture d'écran - Facebook / Lise Ouellette

La situation que vit présentement la région d’Edmundston et du nord-ouest est sans précédent au Nouveau-Brunswick et peut-être même au Canada.

Une citation de :Lise Ouellette, candidate à la mairie d'Edmundston

Cette troisième phase rouge, combinée à l’isolement de la région dans le cadre de la bulle atlantique, risque d’affecter à court et moyen termes une partie importante de notre économie et, à long terme, la progression de la région.

La Ville d’Edmundston indique qu’elle a fait parvenir une demande au premier ministre Higgs, pour la création d’un plan d’action afin de soutenir l’économie locale.

Selon le directeur général de la Municipalité, Marc Michaud, une rencontre est prévue à cet effet pour vendredi après-midi entre les élus municipaux et le gouvernement provincial.

Il faut arrêter de parler de la situation et agir dès maintenant. Nous travaillons activement avec nos partenaires à la Chambre de commerce pour aider nos entrepreneurs locaux dans des projets d’envergures spécifiques, indique M. Michaud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !