•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage : les Gatinois largement en faveur du tramway dans l’ouest

Montage photo d'un tramway avec en arrière-plan le Parlement d'Ottawa et le Musée canadien de l'histoire à Gatineau.

Pas moins de 62 % des Gatinois appuient le projet de tramway.

Photo : Radio-Canada / Laury Dubé

Si le financement du tramway qui relierait l’ouest de Gatineau au centre-ville d’Ottawa n’est toujours pas ficelé, les Gatinois, eux, se rangent déjà majoritairement derrière le projet, selon un sondage SOM-ICI Ottawa-Gatineau.

L’étude démontre que 23 % des Gatinois se disent très favorables et 39 % se disent plutôt favorables au projet mis de l’avant par la Société de transport de l’Outaouais (STO) pour son futur système de transport en commun rapide. Les 65 ans ou plus et les diplômés universitaires sont les plus nombreux à appuyer l’idée.

Alors que Québec a déjà manifesté son intention de financer 60 % du projet de tramway, le gouvernement fédéral, quant à lui, tarde toujours à confirmer sa part du financement.

En février, Ottawa a annoncé un nouvel investissement de 14,9 milliards $ sur huit ans pour des projets de transport en commun partout au pays. Mercredi, la ministre de l’Infrastructure, Catherine McKenna, a réitéré son appui au projet, sans toutefois confirmer la participation de son gouvernement.

C’est un projet important et pas seulement pour Gatineau, mais pour tous les gens de la région de la capitale nationale parce que, comme nous savons tous, les gens travaillent, jouent et vont à l’école des deux côtés de la rivière des Outaouais. Les gens ont besoin d'un meilleur transport en commun, a fait savoir la ministre en point de presse, alors que son gouvernement s’apprête à déposer un budget le 19 avril prochain.

Peu d’opinions défavorables

Presque autant de résidents se disent plutôt défavorables (12 %) que très défavorables (13 %) ou indécis par rapport au projet (13 %).

L’appui est moins marqué chez les personnes de 45 à 64 ans et chez les francophones. Les propriétaires d’une résidence sont également peu nombreux à appuyer le projet, ce qui ne surprend pas Éric Lacroix, vice-président et chef de la stratégie d'affaires de la firme SOM.

Souvent, un propriétaire de maison va être aussi propriétaire d’un véhicule automobile. Donc, pour cette personne, le besoin du tramway est potentiellement moins fort que pour un locataire qui n’a pas d’auto.

Une citation de :Éric Lacroix, vice-président et chef de la stratégie d'affaires de la firme SOM

Ces grands projets d’infrastructures publiques sont financés en partie par le fédéral et le provincial, mais très souvent, quand il y a des dépassements de coûts, c’est l’administration municipale qui ramasse ces coûts-là, ajoute-t-il. Un propriétaire, à ce moment-là, est directement touché sur sa facture de taxes municipales.

Division sur la configuration

Les résidents de Gatineau sont toutefois divisés sur la configuration du tramway si le projet devait aller de l’avant. Les avis sont partagés quant aux tracés potentiels au centre-ville d’Ottawa.

Carte qui montre les deux axes du nouveau système de transport de Gatineau.

Les scénarios analysés par la STO proposent deux options de configuration au centre-ville d'Ottawa

Photo : STO

Parmi les répondants, 52 % favorisent un tunnel sous la rue Sparks, alors que 48 % préfèrent que le tramway demeure en surface et passe sur la rue Wellington.

La Ville d’Ottawa a donné son appui à la configuration du tunnel en novembre, une option qui pourrait coûter près d'un milliard de dollars de plus que celle en surface proposée par la STO.

Les plus jeunes (18 à 34 ans) favorisent davantage un tunnel (75 %), alors que les 65 ans ou plus préféreraient nettement mieux un passage en surface (76 %). Mentionnons que 29 % des répondants ont décidé de ne pas répondre à cette question.

Les résidents de la région de la capitale nationale ont été interrogés sur un autre tracé potentiel, soit celui du projet de boucle ferroviaire, qui relierait le centre-ville de Gatineau à celui d’Ottawa.

Carte présentée par le groupe de pression où on voit "la Boucle".

Le tracé proposé par Les Amis de la Boucle, un groupe de citoyens de la région militant pour la construction d’une boucle ferroviaire entre les deux centres-villes

Photo : Les Amis de la Boucle

Les deux tiers des répondants se disent soit très favorables (29 %) ou plutôt favorables (38 %) au projet.

Les données révèlent que les Gatinois (80 %) se rangent davantage derrière le projet que les Ottaviens (63 %), tout comme les diplômés universitaires et les francophones.

Les personnes faisant partie d’un ménage comptant quatre personnes et plus sont également plus nombreuses à endosser la boucle ferroviaire.

C’est sûr qu’un ménage nombreux implique des enfants, du déplacement. Si les parents n’ont pas l’option de voir leurs enfants se déplacer autrement qu’en leur donnant un lift, à ce moment-là, ils sont très contents que les jeunes prennent le transport en commun, croit Éric Lacroix.

En novembre dernier, la Commission de la capitale nationale (CCN) a appuyé l’idée d’une boucle ferroviaire dans une lettre ouverte.

Relancer le tourisme et l’économie

Le Regroupement des gens d’affaires de la capitale nationale (RGA) voit d’un bon œil l’engouement des résidents envers le projet de tramway, comme celui de la boucle ferroviaire.

Selon la directrice générale, Lise Sarazin, ce genre de projet pourrait permettre de relancer l'économie et le tourisme dans la région.

On pense que ça va vraiment faire une différence […], c'est-à-dire enlever beaucoup de véhicules dans les deux centres-villes, dans le marché By, afin de permettre une plus grande émergence de piétons, émergence d’aventures touristiques, d’expériences qui peuvent se passer dans les deux centres-villes.

Une citation de :Lise Sarazin, directrice générale du RGA

La présidente du conseil d’administration de la STO, Myriam Nadeau, se réjouit également des résultats du sondage, mais souligne que plusieurs étapes restent encore à franchir avant que le projet se concrétise dans une dizaine d’années.

Actuellement, la STO est à conclure l'étude d'opportunité qui va entre autres nous amener sur un scénario final. Par la suite, on entamera ce qu'on appelle le dossier de planification, les études environnementales et toutes les autres étapes qui vont découler pour arriver à l'étape de la réalisation, explique la conseillère du district de Pointe-Gatineau.

Satisfaction envers le train léger

Le sondage s’est aussi penché sur le taux de satisfaction des résidents envers le train léger d’OC Transpo.

Les résultats démontrent que près de deux usagers sur trois (65 %) sont satisfaits du service. L’insatisfaction est plus présente chez les non-francophones, chez les femmes et chez les Ottaviens.

En revanche, près de deux tiers des résidents de Gatineau et d’Ottawa (63 %) n’ont pas utilisé une seule fois le service depuis le début de l’année 2020.

Les utilisateurs de 18 à 34 ans étaient les plus nombreux à avoir utilisé le service à au moins une reprise, tout comme les hommes, les diplômés universitaires, ainsi que les locataires.

À peine 15 % des Gatinois se sont tournés vers le train léger en 2020, soit près de trois fois moins de gens qu’à Ottawa (43 %).

Méthodologie : le sondage a été mené en ligne auprès de 1072 citoyens de la région (568 à Gatineau et 504 à Ottawa) âgés de 18 ans ou plus, pouvant s'exprimer en français ou en anglais, du 5 au 11 février 2021. La marge d'erreur maximale est de 4,3 %, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !