•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crédit d’impôt pour l’enseignement : des enseignants « insultés » par Brian Pallister

Brian Pallister est debout et parle.

Un nouveau crédit permet aux enseignants de se faire rembourser 15 % du montant des fournitures scolaires jusqu'à un maximum de 1000$ par année.

Photo : La Presse canadienne / Kevin King

Radio-Canada

Des enseignants manitobains se disent insultés et en colère après les propos de Brian Pallister, qui estime qu’il est normal que les professeurs paient de leur propre poche certaines fournitures dont ils ont besoin.

Lors d’une entrevue après le dépôt du budget, mercredi, le premier ministre a déclaré que l’idée que des enseignants doivent payer leur propre matériel avec leur propre argent ne le gênait pas.

J'ai vu les enseignants investir leur propre argent depuis des décennies maintenant et je pense simplement que c'est une bonne et juste incitation pour encourager d'autres enseignants à faire de même, a-t-il affirmé.

La province a dévoilé, dans son budget, un crédit d’impôt pour l’enseignement qui permet aux éducateurs de se faire rembourser 15 % les achats effectués avec leur argent, jusqu'à un montant maximum de 1000 $.

C’est répugnant

Je pense que c’est répugnant. Je pense que c’est insultant et qu’il devrait avoir honte de lui, s’est exclamée Katie Hurst, une enseignante d’art dans plusieurs écoles de Winnipeg.

Il ment à la population quand il dit qu’il met l’argent entre les mains des enseignants, alors qu’il a constamment sous-financé l’éducation au cours des quatre dernières années, poursuit-elle.

Jeudi matin, Brian Pallister a défendu sa position lors d’une entrevue à CBC. À la question de savoir si son gouvernement faisait reposer le coût de l’éducation sur les enseignants, le premier ministre a répondu : Pas le moins du monde!

Je pense qu’il y a un vrai malentendu. Je n'essaie pas de défendre le manque d'articles essentiels. Je pense que c'est un faux argument, très franchement, parce que notre budget de l'éducation est plus élevé qu'il ne l'a jamais été.

Le but est d’encourager l’innovation dans les salles de classe. Il s’agit de redonner un peu d’argent aux enseignants qui veulent faire des projets différents ou investir dans des choses qui peuvent aider les enfants à grandir , a-t-il ajouté.

Le ministre marche dans le corridor du Palais législatif en montrant le cahier du budget.

Le ministre des Finances du Manitoba, Scott Fielding, s'apprêtait à rencontrer les médias pour présenter le budget provincial, mercredi.

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

Une pente glissante

Selon un enseignant de l’école Sisler High, à Winnipeg, Mike Moroz, le nouveau crédit d’impôt pourrait être une pente glissante.

Souvenez-vous que c’est au même moment que [les progressistes-conservateurs] coupent de 25 % les impôts fonciers pour l’éducation sans dire comment ce manque à gagner sera remplacé, explique-t-il.

Dès cette année, les propriétaires de maisons et de fermes pourront obtenir un rabais de 25 % sur le montant total de leur impôt, ce qui équivaudra à une économie moyenne de 210 $. Cette réduction passera à 50 % l’an prochain.

Les propriétaires d’autres types de biens, comme des commerces ou des industries, peuvent s’attendre pour leur part à une réduction de 10 % cette année.

Selon des informations de Darren Bernhardt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !