•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Furey avait été mis en garde contre les failles du vote postal à T.-N.-L.

Andrew Furey.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, répond aux questions des médias, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador a déclenché une campagne électorale de seulement quatre semaines, en janvier, malgré les préoccupations du directeur général des élections.

Dans une lettre envoyée à Andrew Furey neuf jours avant le déclenchement des élections, le directeur du scrutin a mis en garde le chef libéral contre les risques d’organiser un vote par la poste dans une période électorale raccourcie.

Je m’inquiète qu’un nombre important de bulletins de vote ne soient pas reçus à temps, écrit Bruce Chaulk dans une lettre datée du 6 janvier. Bruce Chaulk a même indiqué que les élections partielles organisées en octobre dernier dans la circonscription du premier ministre démontraient l’importance d’une campagne prolongée.

Pendant les élections partielles dans Humber-Gros Morne, environ 9 % des trousses de vote par bulletin spécial n’ont pas été reçus à temps pour être dépouillés, écrit-il.

Malgré ces informations, Andrew Furey a décidé, le 15 janvier, de lancer une campagne de seulement 28 jours, la durée minimale permise par la loi.

En temps normal, la période électorale devrait durer entre quatre et cinq semaines. Le premier ministre détermine la durée exacte de la campagne. Mais avant les élections organisées en plein hiver et en pleine pandémie, Bruce Chaulk a indiqué que son agence préfèrerait une période électorale de 35 jours pour avoir suffisamment de temps pour poster et recevoir un nombre sans précédent de bulletins spéciaux.

Le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk, devant le quartier général de l'agence.

Le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Nous essayons d’accélérer le processus en utilisant le service de courrier prioritaire dans les deux sens pour les électeurs au Canada, mais c’est un délai serré. Chaque jour que l’on ajoute à la période électorale représente un jour supplémentaire pour envoyer et recevoir les trousses de vote, écrit Bruce Chaulk, en notant qu’environ 15 jours peuvent être nécessaires pour envoyer une trousse de vote et la recevoir au quartier général de son agence.

Bruce Chaulk n’a pas voulu commenter cette affaire, jeudi.

Dans une déclaration, Andrew Furey dit avoir expliqué sa décision de déclencher les élections à maintes reprises au cours des derniers mois.

Le premier ministre note que dans la lettre de Bruce Chaulk, le directeur du scrutin a aussi indiqué que la tenue d’élections un samedi permettrait l’utilisation des écoles comme bureaux de scrutin, une mesure qui augmenterait le nombre d’endroits pour aller voter et réduirait le nombre de contacts pour les électeurs et les employés d’Élections Terre-Neuve-et-Labrador.

Il m'a demandé de considérer deux enjeux et je l'ai fait, en annonçant que le vote par anticipation et le jour du scrutin auraient lieu un samedi, indique Andrew Furey.

Comme nous l'avons vu, la tenue d'élections demande des sacrifices des gens qui les organisent, alors il y a de nombreuses considérations lorsqu'on prend une telle décision. Élections TNL avait toujours la capacité d'adapter si nécessaire, et nous avons finalement eu des élections de 10 semaines pour nous assurer que les électeurs ont tous eu l'occasion de voter en sécurité.

Furey accusé d'induire le public en erreur

La lettre de Bruce Chaulk a été obtenue par le Parti progressiste-conservateur à la suite d’une demande d’accès à l’information. Elle a été vérifiée de manière indépendante par Radio-Canada.

Les deux chefs des partis d’opposition soulignent qu’au cours de la campagne, Andrew Furey a souvent dit avoir consulté Bruce Chaulk et les données de santé publique avant de déclencher les élections.

Quand le premier ministre Furey a répondu [aux questions sur les élections], il a dit à plusieurs reprises qu’il avait parlé à Bruce Chaulk et que Bruce Chaulk lui avait dit que c’était un bon moment pour tenir un scrutin.

Une citation de :Alison Coffin, chef du NPD

Le premier ministre avait évidemment cette lettre. Il a suivi la recommandation sur l’organisation d’un vote le samedi, mais il a choisi de ne pas suivre la deuxième recommandation pour une période électorale prolongée. En plus, il n’a pas divulgué cette recommandation de Bruce Chaulk, déplore Alison Coffin.

Le chef par intérim du parti progressiste-conservateur, David Brazil, fait le même constat.

Je m’inquiète que le premier ministre n’ait pas suivi les conseils, surtout quand le directeur général des élections lui a dit qu’une période électorale plus longue permettrait à plus de personnes de recevoir des bulletins de vote par la poste, permettrait un vote par la poste qui aurait été plus efficace et assurerait que plus de personnes puissent voter.

Une citation de :David Brazil, chef par intérim, Parti progressiste-conservateur

Ça me démontre que le premier ministre avait des arrière-pensées, c'est-à-dire qu'il voulait déclencher des élections, peu importe ce qui se passait dans la société, parce que son parti était en avance dans les sondages, croit David Brazil.

Le manque de préparation d'Élections Terre-Neuve-et-Labrador et les décisions de dernière minute prises par Bruce Chaulk ont été amplement critiqués pendant la campagne électorale, mais David Brazil indique que cette fois-ci, Bruce Chaulk a été proactif et essayait d'anticiper comment maximiser le nombre de personnes pouvant voter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !