•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'enquête sur les décès à l'hôpital de Hawkesbury pourrait prendre des mois

La façade de l'Hôpital général de Hawkesbury

L'Hôpital général de Hawkesbury (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) a déclaré que son enquête sur plusieurs décès à l'Hôpital général de Hawkesbury pourrait prendre des mois. Pendant ce temps, le Dr Brian Nadler restera en détention.

CBC a appris que la PPO réexaminait les décès potentiellement suspects d'au moins cinq patients atteints de la COVID-19 survenus à l'Hôpital général de Hawkesbury entre le 17 et le 25 mars dernier. Le corps policier a ajouté que le rôle qu'ont pu jouer certains médicaments sera aussi étudié.

À la fin du mois de mars, le Dr Brian Nadler, 35 ans, a été accusé d'un chef de meurtre au premier degré. Albert Poidinger, 89 ans, un patient de l'Hôpital général de Hawkesbury est décédé à l'hôpital dans des circonstances suspectes, selon la PPO.

Brian Nadler, lors d'une marche en montagne, avec un sac à dos, sourit à la caméra.

Médecin à l’Hôpital général de Hawkesbury, le Dr Brian Nadler, 35 ans, originaire de Dollard-des-Ormeaux, a été placé en détention.

Photo : Linkedin/Brian Nadler

Dans un communiqué de presse, jeudi, le corps policier a déclaré que des autopsies avaient depuis été pratiquées sur un nombre non spécifié de corps, mais que les rapports d'analyse et de toxicologie pourraient prendre des mois.

Le Dr Nadler est toujours en détention. Sa prochaine comparution devant le tribunal est prévue le 20 avril.

L'Hôpital général de Hawkesbury et du district se trouve à peu près à mi-chemin entre Ottawa et Montréal.

Brian Nadler vivait à Dollard-des-Ormeaux, au Québec, près de Montréal. La police a déclaré, jeudi, qu'il vivait également à temps partiel à L'Orignal, juste à l'est de Hawkesbury.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.