•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face aux variants, la C.-B. devrait-elle revoir son plan de vaccination?

Certains experts croient que les jeunes devraient être vaccinés plus tôt, mais cette idée ne fait pas l'unanimité.

Une femme reçoit un vaccin.

L'âge médian des personnes infectées par le variant P1 du SRAS-CoV-2 est de 30 ans.

Photo : Reuters / Andreas Gebert

La hausse des cas de COVID-19 chez les jeunes et surtout la propagation rapide du variant P1, en provenance du Brésil, inquiètent les autorités médicales et poussent certains à croire qu’il faudrait repenser les priorités du plan de vaccination provincial.

L'âge médian des personnes infectées par le variant P1 est de 30 ans, et de 35 ans pour les autres variants préoccupants, a affirmé le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix.

Selon le directeur du Centre de maladies infectieuses de la Colombie-Britannique, Brian Conway, il est urgent de mieux comprendre le mode de transmission du variant P1 et de s’y adapter.

On n'a pas pensé aux variants dans la préparation [de la campagne de vaccination] ni aux risques que cela pouvait représenter pour la population plus jeune, explique le Dr Conway.

Il affirme toutefois que la priorité devrait être d’obtenir davantage de doses pour pouvoir vacciner le plus de gens possible.

On doit demander au premier ministre Trudeau et à la ministre Anand de nous trouver plus de vaccins parce que ça nous force à faire des choix qui sont quasi impossibles!

Une citation de :Dr Brian Conway, directeur du Centre de maladies infectieuses de la C.-B.

Vagues différentes, priorités différentes

Du personnel soignant s'occupe d'un malade de la COVID-19 allongé dans son lit à l'Hôpital Saint-Paul de Vancouver.

Du personnel soignant s'occupe d'un malade de la COVID-19 dans l'unité de soins intensifs à l'Hôpital Saint-Paul de Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Si ce sont les personnes âgées qui ont été durement touchées lors de la première vague de la pandémie, la troisième vague voit l’arrivée de variants et une hausse du nombre de jeunes adultes qui contractent le coronavirus, explique le Dr Conway.

On doit réagir au changement dans la pandémie, dit-il.

Ainsi, il croit que les mesures que la province a prises pour limiter les hospitalisations et les décès chez les personnes âgées devraient maintenant se concentrer sur la réduction de la transmission communautaire, qui se fait beaucoup par l'entremise des jeunes adultes.

Le médecin et épidémiologiste suggère un programme de vaccination hybride, où les jeunes ne passeraient pas en dernier.

Opinions divisées

Certains professionnels de la santé s'inquiètent du nombre de jeunes adultes, auparavant en bonne santé, qui se retrouvent dans les unités de soins intensifs des hôpitaux en raison de la COVID-19. D'autres croient toutefois qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer.

C'est le cas du Dr André Veillette, professeur et chercheur en immunologie à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, qui croit que, si les plus jeunes semblent plus touchés récemment, c’est peut-être tout simplement en raison de l'évolution de la campagne de vaccination.

Je pense qu'on doit continuer le plan de vaccination [tel quel]. Plus on va avancer dans les groupes d'âge, plus ce sont les gens plus jeunes qui vont aboutir à l'hôpital, dit-il.

Le Dr Veillette croit également que certains groupes professionnels qui n'ont pas encore été vaccinés et qui sont à risque, tels que les enseignants, dont la campagne de vaccination est suspendue temporairement en Colombie-Britannique, et les dentistes, devraient être immunisés avant les jeunes adultes.

La Colombie-Britannique a détecté plus de 3700 cas de variants depuis le début de la pandémie, dont 877 du variant brésilien P1.

D'après des informations de Dominique Arnoldi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !