•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entrée libre : du bonheur sous forme de BD, de docu, de contes et de musique

Entrée libre

Entrée libre

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le beau temps reprend ses droits sur la capitale : c'est le moment idéal pour découvrir un nouvel album, un film ou pour visiter une exposition. Toutes les semaines, l'équipe des arts d'ICI Québec propose son buffet de suggestions culturelles. Place à la découverte!


C’est le Québec qui est né dans mon pays! d’Emanuelle Dufour

Emanuelle Dufour, devant des planches de sa BD « Des histoires à raconter: d'Ani Kuni à Kiuna ».

Emanuelle Dufour est l'auteure de la BD «C’est le Québec qui est né dans mon pays!»

Photo : Radio-Canada / Jean-François Villeneuve

Nous sommes tous des ambassadeurs de la réconciliation. Ces mots, ceux de Marie-Ève Bordeleau, avocate et commissaire aux relations avec les peuples autochtones à la Ville de Montréal, apparaissent dans les premières pages du recueil graphique d’Emanuelle Dufour. Grâce à ce carnet de rencontres, la dessinatrice souhaite nous outiller pour bâtir des ponts durables entre autochtones et allochtones.

La bédéiste ne souhaite pas blâmer quiconque pour sa méconnaissance de la réalité autochtone. Elle-même n’a compris l’ampleur de son ignorance à l’égard des Premières Nations que lorsqu’une fillette maorie l’a questionnée à leur sujet lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande, en 2004. À ce moment précis, la petite Kimmy venait de planter la graine qui allait devenir C’est le Québec qui est né dans mon pays! , un ambitieux projet de recherche-création doctoral sous forme de bande dessinée.

Extraits d’entrevue, anecdotes personnelles et illustrations forment ce recueil graphique qui conviendra autant à l’élève du secondaire qu’à l’adulte qui veut explorer une partie de l’histoire. Véritable outil de sensibilisation, l’œuvre d’Emanuelle Dufour donne la parole à plus de cinquante personnes, dont Stanley Vollant, Michèle Audette et Melissa Mollen Dupuis. Essentiel.

C’est le Québec qui est né dans mon pays! Carnet de rencontres, d’Ani Kuni à Kiuna d’Emanuelle Dufour est disponible aux éditions Écosociété.

La couverture de « C’est le Québec qui est né dans mon pays! Carnet de rencontres, d’Ani Kuni à Kiuna » d’Emanuelle Dufour

« C’est le Québec qui est né dans mon pays! Carnet de rencontres, d’Ani Kuni à Kiuna » d’Emanuelle Dufour est disponible aux éditions Écosociété.

Photo : Écosociété

Jean-François Blanchet


Toute beauté n’est pas perdue de Vincent Vallières

Portrait devant un mur de fleurs.

Vincent Vallières

Photo : Page Facebook de Vincent Vallières/Le Petit Russe

En mars 2020, Vincent Vallières avait une douzaine de chansons, prêtes à être enregistrées. Le contexte ayant changé du tout au tout, les chansons dans leur forme primaire n'avaient plus leur place sur un album.

Avec une solide équipe, formée de Martin Léon à la direction artistique et du multi-instrumentiste André Papanicolaou, Vallières est retourné à la table de travail. Un peu plus d’un an plus tard, l’auteur-compositeur-interprète lance son huitième album en carrière, Toute beauté n’est pas perdue.

Plusieurs voix féminines se font entendre sur ce nouvel opus. En plus d’Amélie Mandeville aux harmonies, on retrouve un duo avec Ingrid St-Pierre et un autre avec Marjo.

Le lancement prendra la forme d’un moyen métrage, réalisé par Adrian Villagomez. L’œuvre proposera un mélange de performance, d’entrevues et de segments documentaires. Il sera diffusé dès le 9 avril, à 20 h.

Les billets sont disponibles sur lepointdevente.com (Nouvelle fenêtre).

Tanya Beaumont


Le 5e Festival de contes et menteries est à nos portes!

Le conte «Le poirier» sera raconté par Geneviève Marier et Sylvi Belleau, lors du 5e Festival de contes et menteries.

Le conte «Le poirier» sera raconté par Geneviève Marier et Sylvi Belleau.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie Le Festival de contes et menteries

Reportée l'an passé en raison de la pandémie, la 5e édition du Festival de contes et menteries aura bien lieu cette année, et ce, dès samedi.

Les festivaliers auront la chance de contrer la morosité des derniers mois grâce aux énormes mensonges qui leur seront contés en toute impunité.

Une vingtaine conteurs de partout au Québec proposeront leurs histoires les plus farfelues, que ce soit sous forme de spectacles virtuels, de capsules radiophoniques ou encore d'appels téléphoniques.

Du 10 au 18 avril, le Festival de contes et menteries (Nouvelle fenêtre) vous entraînera sur les pistes de l'imaginaire. Bon voyage!

Un passeport est en vente pour participer à l'événement et les deux contes pour enfants, Le poirier et Le pommier, sont gratuits. Il faut cependant s'inscrire à l'activité pour y avoir accès.

Anne-Josée Cameron


Le 34e Festival Québec BD

Thomas-Louis Côté, en studio

Thomas-Louis Côté, directeur de Québec BD

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Les festivaliers ont rendez-vous en ligne et dans les rues de la ville pour cette édition de Québec BD, qui se veut variée, malgré les contraintes liées à la pandémie.

On a une programmation en ligne qui est assez développée, qui va dans plein de directions, explique le directeur de Québec BD, Thomas-Louis Côté. On a aussi des rendez-vous autour d'expositions qui sont présentées dans la ville.

Parmi celles-ci, l'exposition consacrée à Guy Delisle à place D'Youville. Une occasion de revisiter le parcours de l'auteur originaire de Québec.

On l'a invité à être le commentateur de l'exposition, si on veut. On lui a fourni un montage de plusieurs de ses planches de l'exposition et lui, il s'est inséré avec son personnage dans l'exposition avec des commentaires.

Une citation de :Thomas Louis Côté

Le premier week-end débutera avec un webinaire sur la bande dessinée québécoise, il y aura aussi des activités hebdomadaires comme le talk-show Par la bande, les soirées de lutte WWBD, des ateliers — ou tutos — BD pour les jeunes et des rencontres avec des auteurs.

Une programmation à découvrir sur Quebecbd.com (Nouvelle fenêtre).

Patricia Tadros


Du cinéma à la maison

«Arile et Matanda» d’Anjali Nayar

«Arile et Matanda» d’Anjali Nayar

Photo : Radio-Canada / Courtoisie ONF

Les amateurs de cinéma et de documentaires ont accès à une sélection de films en ligne de plus en plus importante sur le site ONF.ca.

Parmi ces nouvelles productions issues des studios de l'ONF, qui sont répartis d'un bout à l'autre du pays, on peut découvrir le dernier volet de La Courbe, une collection de projets actuels abordant la pandémie.

Aussi, parmi les nouveaux documentaires, on y trouve Arile et Matanda, d’Anjali Nayar, qui raconte le parcours de deux marathoniens kényans. Ce film sera en ligne dès le 12 avril.

On peut y voir également deux nouvelles chaînes thématiques qui sont en lien avec des journées mondiales.

Depuis le 7 avril, l'ONF propose, pour souligner la Journée mondiale de la santé, sa chaîne Mieux vivre, qui donne accès à une foule de contenus portant sur la santé.

Enfin, dès le 22 avril, pour souligner le Jour de la Terre, l'ONF lancera sa chaîne Espace vert, où seront regroupés une cinquantaine de films documentaires et d’animation portant sur l’environnement et l’écologie.

Bonnes découvertes!

Valérie Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !