•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'usine Cargill à High River accueillera des cliniques de vaccination sur place

L'Alberta a été accusée d'avoir minimisé les risques liés à la COVID-19 dans cette usine.

Des travailleurs dans une usine de transformation de viande.

Au printemps dernier, 950 employés de l’usine Cargill à High River avaient été déclarés positifs pour la COVID-19, soit presque la moitié d'entre eux.

Photo : Radio-Canada

Des centres de vaccination seront bientôt installés directement sur le terrain de l'usine de transformation de viande Cargill, à High River, confirme Services de santé Alberta (AHS). L'abattoir du sud de la province a été le foyer d'importantes éclosions de COVID-19.

Pour l'instant, aucune date n'est confirmée, mais AHS indique dans son communiqué de jeudi que des plans sont en cours.

Cargill est en train d'élaborer le processus administratif pour la mise en œuvre de ces cliniques, souligne le communiqué, soit la gestion des approvisionnements et l'orientation de l'équipe de soins infirmiers.

Les dates et les heures d'ouverture des cliniques à Cargill seront déterminées en fonction de la distribution et de la disponibilité de vaccins durant les prochaines étapes de la phase 2, écrit AHS.

Un bétail bovin en pâture près d'une usine de transformation alimentaire à Brooks en Alberta.

Au mois de mai dernier à Brooks, des centaines de cas de COVID-19 étaient liés à une éclosion dans l'usine de JBS.

Photo : La Presse canadienne / Larry MacDougal

L'agence de la santé publique ajoute qu'elle a l'intention d'introduire ce projet pilote dans d'autres usines de transformation de viande dans les semaines à venir. Celle de Brooks, au sud-est de Calgary, devrait aussi être priorisée, selon Thomas Hesse, président de la section locale du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce.

La relation entre l'Alberta et les syndicats des travailleurs de ces usines a été tendue ces derniers temps. Il y a à peine une semaine, le gouvernement albertain était sur la sellette après la publication de documents internes révélant qu'il aurait priorisé la production à Cargill aux dépens de la sécurité des employés.

Bénéfique pour tout le monde

À High River, le Dr Adam Vyse a été un chef de fil dans le recrutement de personnel pour diverses initiatives de vaccination. Il est ravi d'avoir pu contribuer à celle-ci.

C'est un super projet qui bénéficie à tout le monde : les Albertains et les médecins. J'espère que ça pourra aider à bâtir certains ponts.

Une citation de :Adam Vyse, médecin

À cet établissement, de nombreux travailleurs sont issus de l'immigration, et il faut faire tout ce qu'on peut pour qu'ils se sentent bien et en confiance ajoute-t-il.

Un pharmacien injecte le vaccin contre la grippe dans l'épaule d'une femme.

Ailleurs au Canada, dont au Québec, des centres de vaccinations seront installés dans des milieux de travail où la main-d'oeuvre en grande.

Photo : CBC

D'ici environ deux semaines, le Dr Vyse s'attend à être appelé à Cargill pour prêter main forte durant plusieurs journées consécutives de vaccination.

Ce seront des journées bien remplies, puisque l'usine compte au-dessus de 2000 employés. Adam Vyse prévoit que beaucoup d'entre eux n'auront pas encore reçu le vaccin en raison de leur inadmissibilité lors de la première phase de vaccination.

Maintenir l'élan vers d'autres milieux de travail

Comme le Dr Vyse, bien des professionnels de la santé souhaitent qu'un modèle similaire soit envisagé pour d'autres lieux de travail en Alberta où la main-d'œuvre est considérable.

C'est tout simplement la chose logique à faire, dit-il.

L'idée se répand de plus en plus à travers le Canada comme ailleurs. Tout récemment, le Québec a annoncé la mise sur pied de 25 à 50 « pôles de vaccination » semblables à celui de Cargill, qui seront lancés à compter du mois de mai.

Cette semaine en Ontario, l'Association des manufacturiers et exportateurs a exhorté le gouvernement de Doug Ford à privilégier ses employés après les aînés et les travailleurs de première ligne.

Pour sa part, l'entreprise américaine de production de porc JBS USA a même proposé un incitatif de 100 $ aux employés qui reçoivent le vaccin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !