•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des clubs de motoneige de la Côte-Nord se partagent 1 M$

Deux motoneigistes circulent sur un sentier.

Six clubs de motoneige et de quad de la Côte-Nord se partagent une enveloppe d'un million de dollars (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le gouvernement fédéral accorde 974 921 $ à des clubs de motoneige et de quad de la Côte-Nord pour l'entretien de leurs sentiers.

Le Club de motoneige Harfang du Nord de Baie-Trinité, le Club de moto-neige Les Bolides de Ragueneau, le Club de motoneigistes Les Exploreurs de Sault-au-Mouton, l'Association des motoneigistes Manicouagan, le Club Le Blizzard de Havre-Saint-Pierre et le Club quad Les Nord-Côtiers se partageront cette somme.

Avec cet investissement, Ottawa souhaite pallier l’absence de touristes internationaux sur les sentiers de motoneige et de quad en raison de la pandémie. Le gouvernement dit aussi vouloir contribuer à offrir des sentiers de qualité pour les prochaines saisons.

Le tourisme hivernal dynamise quant à lui les régions pendant les mois les plus froids et contribue non seulement, comme nous l'avons vu dans le contexte de la pandémie, au bien-être des citoyens, mais aussi à la vitalité des économies locales, affirme la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, par voie de communiqué.

Quatre motoneigistes sur quatre motoneiges, que l'on voit de dos.

La motoneige est une activité qui génère d'importants revenus pour l'industrie touristique québécoise.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le président de l’Association des clubs de motoneigistes de la Côte-Nord, Michel Thibault, applaudit ce coup de pouce financier, qui permettra d'améliorer les sentiers de la région en plus d’acquérir de nouvelles surfaceuses. Le but est d’assurer la continuité du service et d’offrir des pistes sécuritaires aux membres des clubs.

[Quand elles sont vieilles], les machines sont toujours brisées et on ne peut pas donner de services aux membres, que ce soit touristique ou peu importe. Des surfaceuses, ça vaut, en moyenne, entre 300 et 400 000 $. Pour ces petits clubs-là, quand t’as 250 ou 300 membres, c’est dur de payer un prêt de, par exemple, de 315 000 $.

Michel Thibault sur une piste de motoneige.

Michel Thibault est le président du club de motoneige Ook-Pik de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Parmi eux, l'Association des motoneigistes Manicouagan a, pour sa part, reçu un peu plus de 19 000 $. Ce montant servira à financer l’achat d’une gratte, un outil essentiel à l'entretien des sentiers rocheux de son secteur, explique le président du club, Romain Tremblay.

On a des sentiers qui sont très rocheux, ce qui veut dire que la durée de nos grattes est très courte en comparaison avec d’autres clubs. Les autres grattes qu’on a en ce moment sont très endommagées et ça nous coûte très cher dans des ateliers de soudure. Avec une nouvelle gratte, on va avoir des sentiers qui sont mieux entretenus.

Environ 13 millions de dollars seront distribués dans le cadre de l'Initiative de tourisme hivernal du gouvernement fédéral, qui est destinée à accroître la pratique d'activités et de sports hivernaux en sentier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !